Exposition: Jacques Truphémus s’invite chez les Caillebotte

photo exposition jacques trumpephus

A 20 kilomètres de Paris, la Propriété Caillebotte s’impose comme un haut-lieu de l’impressionnisme. Ouvert au public, le domaine accueille de nombreuses expositions aussi bien dans le parc, que dans l’Orangerie et la Ferme Ornée. Invitant à la rêverie, cette Propriété est devenue la première destination touristique de l’Essonne.


life-mag-caillebotte

« L’intimité révélée », la 1ère rétrospective de l’artiste Jacques Truphémus

Du 25 mars au 9 juillet 2017, l’exposition de Jacques Truphémus s’installera pour nous impressionner dans ce lieu hors du temps ! Pour sa première rétrospective, une soixantaine de tableaux orneront les salles d’exposition de la Ferme de la Propriété Caillebotte. L’artiste discret mais inspiré, né à Grenoble en 1922 mais lyonnais d’adoption. Il s’est fait une place dans l’art malgré un parcours quelque peu atypique… Marqué par une intimité et une intensité sans équivalent, son art s’inscrit dans une grande tradition de la peinture française allant de Chardin aux nabis en passant par Corot.

La visite à travers son œuvre se réalisera dans 6 salles différentes, chacune représentant une thématique chère au peintre:

1. Les Autoportraits,

2. les Scènes lyonnaises (où la ville est prise comme sujet, avec ses quais et son atmosphère particulière qu’il fait revivre sous son pinceau),life-mag-oeuvre3

3. les Cévennes qui l’inspirent tous les étés avec ses effets de lumières dont il ressort, par
exemple, Un coin d’atelier, divan et paravent,

4. les Natures Mortes ou « Vies Silencieuses » comme il les appelle…

5. Aimée, son épouse disparue qui occupe une place à part,

6. les Nouveautés, qui sont en fait un faux-semblant pour revenir sur des séries et ces curieux Sans titres qui résument ses thèmes de prédilection depuis plus de cinquante ans et dont les nouvelles variations n’épuisent pas la découverte.

Sa peinture est un voyage intérieur qui revient toujours à sa source… « On a dit que la peinture de Jacques Truphémus l’apparentait à Bonnard et aux peintres de l’école de Paris, à cette grande tradition de la peinture française, faite de petits riens qui expriment une aspiration au bonheur, mais à bien regarder ses tableaux, on ressent qu’avec des moyens qui n’appartiennent qu’à lui, il excelle à rendre notre monde poétique. » louange Pierre Nicolas Sainte Fare Garnot, Conservateur honoraire du Musée Jacquemart-André.

Plus d’infos sur www.proprietecaillebotte.com

life-magazine-truphémus-expo