Comment prendre soin de soi ?

femme fenêtre mer et plage

Par cette formule bienveillante, les gens qui vous aiment (au moins un peu), vous suggèrent diplomatiquement de vous économiser, voire de vous recentrer, et dans les cas extrêmes, de vous chouchouter, porte de salle de bain fermée. Découvrez ici comment prendre soin de soi!

Par Elisabeth Clauss

Pourtant, quiconque vit avec un conjoint / des enfants / un job passionnant / entouré d’amis (et on ne parle pas de votre lapin nain), sait qu’à part en se retirant au fond d’une grotte, c’est impossible. Et encore, dans la fuite troglodyte, point de wi-fi. On connaît le « coït interruptus », source de nombreuses naissances tout au long de l’Histoire (peut-être même de la vôtre). Mais le « Prends soin de toi interruptus», qui en parle ?

S’auto-consacrer du temps, ça implique de lâcher du lest sur les complexes de bon(ne) élève, amant(e) première classe, employé(e) du mois. Est-ce à dire que le bonheur, c’est simple comme un bon coup de gueule et un aller simple pour Bali ? L’égoïsme serait-il la clef du bien-être ? En tout cas, il est la solution au teint brouillé et aux cheveux plats. Un make-up artist internationalement réputé me chuchotait récemment à l’oreille : « tu sais, le maquillage, c’est bien, mais un bon masque un dimanche matin devant la télé, ça fait tous les miracles parce c’est un moment rien que pour toi ». Voulait-il dire qu’il convient pour être en harmonie de choisir entre enduire d’huile d’olive le poulet dominical ou s’oindre soi-même d’onguents parfumés aux plantes de Provence ? De sacrifier la tonte du jardin pour tondre ses propres mollets ? Voire, de ne pas changer les draps du lit conjugal pour s’appliquer à changer plutôt de mari ? Tout doux Bijou. De même que l’on peut être seuls ensemble – vous savez bien de quoi je parle, vous avez bien dû divorcer une fois ou deux, non ? Ou en caresser l’idée en caressant quelqu’un d’autre, même en pensée ? – de même, on peut être savoureusement égoïstes à deux. « Prendre bien soin de soi » sans obligation, donc avec délice et lâcher-prise, pour mieux donner à notre entourage stupéfait (et intimement envieux), l’envie de prendre soin… de nous.

Vous aimerez aussi notre article :  chérir sa santé !