vivre_chez_ses_parents

Au secours, mes enfants reviennent vivre à la maison !

Certes, on en a bavé quand ils sont partis de la maison pour vivre leur vie…  Mais quand nos enfants débarquent avec leurs valises, c’est un peu comme si on se prenait un boomerang en pleine figure. Au secours!

 

Allô maman bobo

Sa copine l’a quitté ? Elle a perdu son emploi ? Nos enfants ont 1001 raisons de venir trouver refuge chez papa-maman et c’est tout à fait légitime. Rien à voir avec le syndrome dit du « Tanguy » comme dans le film. Les vôtres, ils avaient fait leurs valises bien décidés à voler de leur propres ailes mais une crise, LA crise, en a décidé autrement. Alors, vous n’allez tout de même pas les laisser plantés là, devant votre porte ? D’ailleurs, c’est illégal. Laissez-les donc entrer…  dans votre nouvelle vie !

Revenir vivre chez ses parents n’est facile ni pour nos enfants, ni pour nous

N’allez pas croire que votre enfant ait choisi la facilité. Pour son ego, c’est un coup dur. Le « Vous habitez chez vos parents ? » n’a jamais fait bon ménage avec ses aspirations personnelles, sa soif de liberté, son esprit indépendant. Allons, ne soyez pas égoïste. Rendez-lui sa chambre d’ado : votre atelier de poterie, peinture, salle de bridge ou de yoga, se fera une raison…

Des bons et des moins bons côtés

Vous avez peur de ne plus vous sentir « vraiment » chez vous ? Jacques Marquet, professeur en sociologie à l’UCL tempère : en effet, ce retour sera vécu d’une personne à l’autre de manière très variable mais surtout  » en fonction de votre mode d’organisation, de la qualité de vos interactions, de la perspective se projetant derrière ce retour, des dynamiques conjugales et familiales ». Pas nécessairement de réels bouleversements donc ! Vous devriez être apte à mesurer l’étendue des dégâts, mais aussi des joies en perspective !

Face aux aléas de la vie, de plus en plus de jeunes adultes n’ont d’autre choix que  de revenir vivre chez leurs parents. Avec son lot de bonnes et moins bonnes surprises. Du linge sale à ramasser, des petits plats à préparer pour un appétit d’ogre, des soirées arrosées avec les copains, des factures de téléphone multipliées par quatre ! Mais c’est aussi l’occasion de construire une nouvelle relation d’adulte à adulte avec votre enfant. De lui montrer que vous êtes là, pour le soutenir, le sécuriser, le décharger et l’épauler. Mais aussi de partager vos loisirs comme votre train-train, en les ponctuant d’une ribambelle d’éclats de rire (les mêmes que quand ils étaient petits !)…

En fait, « les parents, tout comme les jeunes, peuvent être très ambivalents face à ce retour : à la fois contents de se retrouver, de se voir davantage, de pouvoir apporter ou recevoir une aide… mais aussi inquiets face à la perte potentielle d’autonomie, à la relative promiscuité. » explique Jacques Marquet.

Instaurez vos règles dès le départ (enfin, son retour!)

La cohabitation peut parfois sembler compliquée (surtout si vous avez refait votre vie ou déménagé dans un plus petit espace)! Essayez d’établir certaines règles de tous les jours, ensemble, pour préserver votre intimité et ne pas (trop) bouleverser vos si chères habitudes. Encore plus si le jeune adulte arrive en couple ou avec un enfant…

Parce qu’ « ici, ce n’est pas l’hôtel »… D’emblée, posez-vous les bonnes questions : Est-ce qu’on prend les repas ensemble ? Qui s’occupe du ménage ? Comment s’organise-t-on pour la salle de bains, la voiture ? Proposez-lui par exemple de participer de manière matérielle ou symbolique, aux tâches et frais de la maison. Cela peut paraître un peu militaire mais ça évitera bien des accrochages et des conflits. Après tout, cette situation est provisoire et comporte un lot considérable d’aspects positifs. Si vous vous organisez bien, votre relation n’en sortira que plus complice et plus forte !

 

Cet article vous a plu ? Vous aimerez également « Etre ami avec ses petits-enfants sur Facebook : pour ou contre ? »