offir le bon ceadeau à ses petits-enfats

Quel est le bon cadeau à offrir à ses petits-enfants ?

Quel est le bon cadeau à offrir à ses petits-enfants? Une question qui taraude les grands-parents, toujours inquiets que le cadeau choisi ne soit pas apprécié. Les cadeaux pour les fêtes, un vrai casse-tête ! A moins que…

Que font “les autres” ?

Il y a des grands-parents qui essaient de se mettre au diapason de la jeune génération en offrant consoles, logiciels, jeux vidéo… Mais avec les goûts et la technologie qui évoluent à toute allure, pas sûr que ce choix soit toujours judicieux.

Il y a aussi ceux qui veulent acheter utile. Pour eux, c’est le livre ou le jeu éducatif qui prime ! Aïe… Si ce n’est pas dans une vraie démarche de transmission, il y a beaucoup de chances que le livre ou le jeu soit relégué dans l’armoire ou, pire, vendu sur eBay ou 2ememain.be !

Il y a encore ceux qui ont tellement peur de mal faire qu’ils optent pour le “billet” qui permettra à l’enfant/l’ado de choisir et d’acheter ce qu’il voudra. Pas besoin de courir les magasins, on est sûr de faire plaisir… Mais est-ce un VRAI cadeau ?

Le don de soi

Pour qu’il ne se résume pas à une obligation, le cadeau doit révéler au contraire toute la force du lien qui unit celui qui donne à celui qui reçoit. Car, ce qu’on offre avant tout, c’est ce lien qui donne du sens à notre envie de faire plaisir ! Décalons-nous un moment et observons-nous lors du choix ou d’un achat. Un constat s’impose : c’est fou ce que l’on met de soi dans un cadeau ! Une transmission consciente ? Pas forcément…

De la part des grands-parents, le plus beau cadeau, le plus précieux, celui qui n’a pas de prix, c’est le don de soi. La disponibilité de cœur… et de temps ! Une denrée rare aujourd’hui. Mais qui ne va pas sans une vraie réceptivité. Ne peut vraiment donner que celui qui peut vraiment recevoir. Et dans le “don de soi”, il y a toujours un cadeau pour celui qui (se) donne…

Don et transmission

Donner, c’est donc aussi se transmettre ! Transmettre qui l’on est, avec ses défauts et ses talents (tiens, un synonyme de “don” !). Et ça, c’est le rayon des grands-parents. Les joies, les épreuves de la vie, le travail sur soi ont malaxé la personnalité de ceux qui, aujourd’hui, alors qu’ils accèdent à “l’étage du dessus”, sont plus conscients de leur richesse intérieure. Et prêts à la partager. C’est le moment de jouer pleinement leur rôle de “repères” et d’offrir aux plus jeunes une présence chaleureuse, bienveillante et réconfortante.

Mais pas n’importe comment !

céer une relation avec ses petits-enfants

Se donner, ce n’est pas se perdre ! Ce serait alors une bien mauvaise transmission. Donner tout le temps, qu’est-ce que cela peut être fatigant, encombrant, envahissant et même culpabilisant ! “Avec tout ce que je fais pour toi”, un message en filigrane de cette disponibilité qui, à force, devient étouffante. Et un esclavage qui réclame toujours plus de reconnaissance. Avec en prime, parfois, ce droit que l’on s’octroie à se mêler d’un peu trop près, de la vie privée de ses enfants. Rien à voir avec le don du cœur.

En fait, c’est le cadre qui met la beauté du don en valeur. Et cela demande au départ une réelle introspection : Que suis-je prêt à donner ? A quel moment ? Pour combien de temps ? Comment aménager ce temps privilégié avec mes petits-enfants ? Qu’ai-je envie de vivre avec eux ? Que vais-je pouvoir leur transmettre ?

Fusent alors des idées de livres, jeux, escapades… qui, avant d’être libellées sur un joli papier à mettre sous le sapin, seront proposées aux parents. Pas question de programmer un séjour, un voyage, une excursion, sans avoir vérifié au préalable la disponibilité des uns et des autres. Sinon, bonjour les tensions !

C’est la règle d’or que s’est fixée Jeanne quand elle se rend disponible pour ses petits-enfants au moment des vacances : « Comme je sais que les parents (mon fils et ma belle-fille), qui travaillent tous les deux, ont quelques difficultés à trouver des solutions pendant les vacances – les stages, c’est bien mais pas tout le temps ! -, en début d’année, dans mon agenda tout neuf, je réserve des jours où j’écris en grand “P-E” (pour Petits-Enfants). Avec un point d’interrogation qui demande confirmation. Une fois que l’on est tombé d’accord sur les dates, je les bloque et je peux alors me préparer à ces moments de partage cœur à cœur avec mes petits-enfants. Cela permet à chacun de se sentir confortable, sans être flottant ou disponible à tout instant. »

Quelques idées ?

On n’est jamais meilleur que lorsqu’on transmet ce qui nous tient à cœur ! A nous de choisir des jeux qui ont traversé les années sans prendre une ride, des activités que nous aimons partager ou des livres à raconter, témoins d’un moment privilégié de complicité (voir quelques suggestions plus loin). On peut aussi réaliser des cadeaux maison personnalisés. C’est très tendance ! On sort les photos “de quand les parents étaient petits”, on les trie, on repère les plus belles, les plus rigolotes et on les met en valeur. Comment ? Pas trop d’idées ? On peut s’inscrire à un atelier de scrapbooking. On arrive avec ses photos et on réalise un chouette cadeau ! Où ? Cap sur quefaire.be, vous indiquez votre localité et l’activité « Stages/cours scrapbooking » pour repérer l’adresse la plus proche où vous pourrez déployer votre créativité !

Des valeurs écolo-équitables en guise de cadeaux ? C’est aussi une excellente idée. Elles sont de plus en plus nombreuses les associations et/ou ONG qui présentent en ligne des objets ou gourmandises dont l’achat profite essentiellement à des producteurs locaux. Il y a bien sûr les magasins du monde Oxfam et Amnesty… Une plus grande justice dans le commerce est possible sans charité, par un achat intelligent du consommateur qui se veut citoyen et qui sera, en plus, satisfait de la très bonne qualité des produits issus du commerce équitable…

Offrir un tel cadeau en tant que grands-parents, c’est aussi transmettre la conscience que dans ce monde, on n’est pas tout seul. Et donc responsable de ses choix…

Prêchi-prêcha ?

Certainement pas. Le maître-mot : du plaisir et rien d’autre ! Pour que le lien grands-parents/petits-enfants rayonne de toute la palette des sentiments et émotions. Avec, à la clé, du respect pour la vie de chacun. Etre un repère du cœur, c’est cadeau, non ?

 Vous avez aimé cet article? Vous aimerez également  » Les grands-parents ? Des passeurs d’amour… »