amenager sa maison-1

Comment aménager sa maison après le départ des enfants ?

Vos enfants quittent le cocon familial ? L’occasion rêvée pour aménager sa maison selon vos envies… On vous donne tous nos trucs et astuces.

Le syndrome du nid vide

Les enfants partent et les pièces se vident. Laissant derrière eux les décombres de leur royaume d’enfant et d’adulescent plus ou moins dévasté. Leur absence va immanquablement chambouler votre quotidien. Pas question cependant de s’adonner au Tanguy Blues ou ce que d’aucuns ont très poétiquement étiqueté le « syndrome du nid vide ». Rien que le fait de repenser à la maison convertie en hôtel ouvert à toute heure du jour et de la nuit avec service de restauration et blanchisserie non-stop devrait vous permettre d’entrevoir qu’entre tristesse et soulagement, il y a place pour une nouvelle façon d’aborder la vie. Comme celle de vous retrouver en couple, de penser plus à vous. Parmi les différentes pistes à suivre, s’occuper de transformer l’intérieur selon ses futures ambitions est l’une des plus prometteuses.

Faire le bilan… Un exercice pas si difficile pour aménager sa maison !

Vous pouvez évidemment garder la chambre intacte. Mais est-ce vraiment un bon service à rendre ? Le mieux serait de vider complètement la pièce en enlevant jusqu’aux cadres, aux rideaux et aux lampes afin de visualiser les capacités du volume dans son entièreté et d’ensuite laisser libre cours à votre imagination. Quels sont vos centres d’intérêt ou vos besoins ? Vous recevez beaucoup ? La chambre d’ami semble incontournable. Dans le même esprit, si vous avez des petits enfants souvent présents pourquoi ne pas leur offrir un espace de repos et de jeux. Si vous rêvez de sport, mais que les salles de gym vous effraient, pourquoi ne pas glisser quelques appareils, un sauna, un espalier et un ou deux tapis de quoi transpirer efficacement, mais à domicile. Vous appréciez l’ambiance des bibliothèques entre lambris et feu ouvert ? C’est le moment de créer votre bureau boudoir. Vous avez une fibre artistique développée ? Quelques rangements appropriés, un bon éclairage, des prises fonctionnelles et une grande table vous permettront de cultiver vos talents. Si vous êtes une fashion addict aux achats compulsifs, le dressing sera peut-être la solution.

Le dressing, astucieux et pratique

amenager sa maison-2

« Consacrer une pièce entière au dressing est un luxe, mais évidemment un avantage parce qu’il n’est pas obligatoire de mettre des portes », rappelle Aurélie Nickmans, PR de Camber (ex As du Placard), « ce qui permet d’embrasser en une fois l’ensemble de la garde-robe et coûte moins cher ». La pièce doit cependant disposer d’un minimum de surface, car si on compte 60 cm de profondeur – une mesure standard pour les armoires – ajoutés à l’ouverture du battant de porte, ce sont 120 cm qui sont déjà mobilisés. Repérez aussi tous les éléments qui peuvent poser problème comme le chauffage, les interrupteurs, les prises, les plinthes, les fenêtres et même les lustres suspendus au plafond qui risquent de gêner lorsqu’on ouvre ces fameuses portes. « Le dressing doit avant tout être pensé en fonction des habitudes de vie de la personne qui va l’utiliser et notamment sa façon de ranger, pendre ou plier ses vêtements ». Sans oublier non plus les éventuels compartiments pour les valises, les combinaisons de ski ou de plongée toujours très difficiles à caser. Ensuite, il faut réfléchir à la disposition souhaitée. En U, en L ou juste un pan de mur droit ? Et aux options et accessoires. Craquer pour un ilot central hyper pratique à cause des nombreux tiroirs inclus ainsi que pour déposer les affaires ou alors glisser une coiffeuse qui voit aujourd’hui son retour réhabilité dans la plus belle tradition. Sans oublier l’indispensable miroir qui peut aussi être proposé à part. Éclairage et spots font partie des indispensables qui rendent l’endroit plus fonctionnel et agréable. « Le prix dépend de nombreux facteurs comme les portes, mais pour un dressing déjà bien accessoirisé, il faut compter 800 à 900 euros du mètre linéaire », confie Aurélie Nijckmans.