crise de la cinquantaine

La crise de la cinquantaine rendrait-elle plus nostalgique ?

Devant cette tête de gondole…. C’est tout Venise qui vous revient … En un quart de seconde tout bascule ! Le cœur qui se soulève, les images qui défilent, ces odeurs de parfums intenses…et votre sourire qui s’efface. Voici quelques conseils lorsque la crise de la cinquantaine vous rend nostalgique.

La crise de la cinquantaine et son flot d’idées noires

Comme si un chagrin du passé revenait faire surface insidieusement, tous ces souvenirs activent des remous de nostalgie. Sans trop savoir pourquoi d’ailleurs, comme ça, sans prévenir, la tristesse écume votre joie de vivre. Plus rien ne va, en un instant, tout s’écroule et vient alors s’ajouter ce que les anglais appellent « du bavardage mental », des ruminations.

Pendant une crise cinquantaine, que vous soyez un homme ou une femme, vous commencez à idéaliser votre vie passée, « c’était mieux avant, quand j’étais jeune, quand on était amoureux, quand les enfants étaient petits, quand on partait tous en vacances, quand on était une famille, quand je travaillais, quand…. » et vous n’êtes plus du tout dans « l’ici et maintenant ». Vous baissez la tête, vous évitez les regards et parfois même le vôtre le matin dans le miroir.

Votre moral a perdu le cap du « beau fixe »

A la cinquantaine, vous avez tendance à faire un sac de nœuds avec l’histoire de votre vie alors vous prendriez bien une pâtisserie. Faussement réconfortant ce « tea time » plein de sucre ne vous aidera pas, bien au contraire.

C’est une « consolation éducative » apprise souvent dans l’enfance et, aujourd’hui, vous êtes libre de choisir ce qui est bon pour vous.

Ma méthode contre la crise de la cinquantaine

Je me suis moi aussi plombée des journées entières avec des pensées saboteuses. Et puis un jour, j’ai décidé de dire stop, parce que comme le dit si bien ce proverbe japonais « l’espace d’une vie est le même, qu’on le passe en chantant ou en pleurant »

Et si vous faisiez un arrêt sur image pour bien comprendre le processus qui vous a emmené à perdre le nord ? Tout démarre souvent d’une pensée peu porteuse voire dévalorisante. A votre insu, elle est venue s’infiltrer dans votre esprit et vous a fait plonger dans une émotion négative.

C’est en apprenant à gérer ce mécanisme que vous pourrez canaliser ces états d’âme qui vous tirent vers le fond et changer votre état d’esprit parce que « oui » on a le droit de ne pas être parfait.

Qu’avez-vous pensé ? En lien direct avec l’estime de soi, c’est là que j’entends parfois des « je ne suis pas à la hauteur, je suis nulle, je ne suis pas capable etc ». C’est exactement cette pensée là que je vous suggère de remplacer par une affirmation réaliste qui vous branchera sur tout ce que vous avez réussi dans votre vie.

Pour vous soutenir aussi, je vous propose de tester une fleur de Bach : honeysuckle. Elle vous permettra de ne pas vous noyer dans ce passé, d’en tirer les leçons et d’avancer. Lisez aussi notre sur les 5 choses à faire avant d’avoir 50 ans.

C’est le moment de passer à la caisse

Acceptez d’avoir 50 ans, que vous êtes « humain » et découvrez votre « mode d’emploi », pour atteindre cette plénitude que vous méritez tant.

Parce que, pour moi, la vie est finalement comme ce tapis roulant sur lequel vous déposez vos courses…elle avance lentement mais sûrement. Avec ma méthode Peet de Peeters, je vous invite à penser à rajouter un petit paquet d’amour rien que pour vous. De vous recentrer sur l’essentiel.

Catherine Peeters propose des consultations sur rendez-vous en Hainaut et Brabant Wallon.
Plus d’infos sur www.catherinepeeters.com

Vous avez aimé cet article? Alors vous aimerez  » Gare à la dépression saisonnière « .