retraite soleil déménagement

Retraite au soleil, bonne ou mauvaise idée ?

Les doigts de pieds en éventail sur une plage, cette image symbolise pour certains la retraite idéale. Faut-il prévoir un déménagement ? Est-ce que la retraite est nécessairement plus belle au soleil ?

Par Pierre Degand, Réseau Séquoia

Faut-il déménager pour vivre une retraite heureuse ?

Partir, c’est un rêve que beaucoup de retraités caressent. Dès leur première année à la pension, certains déménagent. Pas nécessairement à l’étranger ou à la mer, mais tout simplement se rapprochent de leurs enfants/parents, quittent leur maison pour un appartement en ville ou décident de vivre dans la maison familiale de vacances.

Dans la réalité, les choses ne se passent pas réellement comme on les imagine. Vous découvrirez dans cet article ce qui pousse les retraités à déménager. Vous comprendrez  pourquoi c’est une décision qui ne doit pas se prendre à la légère.

Quelle destination choisir ?

En Belgique, 10% des retraités vivent à l’étranger, contre 2% des retraités français. Ces chiffrent évoluent peu chaque année et les spécialistes ne s’attendent pas à un rush de retraités vers l’étranger. Si moins de pensionnés français vivent à l’étranger, ils sont chaque année 100.000 à déménager vers d’autres régions du pays, 50.000 optent pour le littoral méditerranéen. Les retraités belges à l’étranger optent massivement (80%) pour l’Union Européenne. Sans surprise, la France et l’Espagne ont la cote.
Le Portugal marque des points surtout chez les français, à un point tel que ce pays vient de détrôner le Maroc comme destination favorite où passer sa retraite. Le Portugal présente en effet un coût de la vie 20% inférieur à celui de la France et l’aspect sécurité semble aussi peser de plus en plus dans la balance.

Qu’est-ce qui motive les retraités à déménager ?

Les pensionnés qui optent pour l’expatriation recherchent essentiellement un coût de la vie abordable et une garantie de qualité de vie. Les autres qui choisissent de rester au pays souhaitent se rapprocher de leur famille, retrouver leur région natale ou simplement transformer leur maison de vacances en résidence principale.

N’allez pas trop vite !

Quelle que soit la destination, une erreur fréquente est de partir la première année. Planifier un déménagement à la retraite est une décision qui doit être mûrement réfléchie.
Il n’existe pas de statistiques officielles en matière de retour après un déménagement avorté. Cependant, il semble qu’en France au moins 25% des retraités qui ont déménagé dans une autre région, reviennent à la case départ dans les deux années qui suivent.

Témoignages : Ils l’ont fait…

Selon Danièle Laufer (1), « revenir sur les lieux où l’on a été heureux, c’est parfois céder à l’illusion que le bonheur n’a pas bougé de là. ». Danièle Laufer relate l’histoire de Fabrice et Geneviève qui ont vécu 15 ans à M. Ils ont ensuite déménagé plusieurs fois pendant 20 ans au gré des mutations. Ils passaient cependant toujours leurs vacances à M. dans la maison familiale qu’ils avaient gardée. Ils ont décidé d’y passer leurs vieux jours. Dès le premier hiver, l’absence des enfants, les amis d’été repartis, Fabrice s’est mis à déprimer… L’histoire de Fabrice et Geneviève est loin d’être un cas isolé. Ici le couple avait choisi de rester en France. Le choc peut être plus rude quand on a tout  quitté pour acheter la maison de ses rêves dans des contrées lointaines.
Dans le reportage de la RTBF « la retraite est-elle plus belle au soleil ? » , nous y découvrons l’histoire de Sabine et Jean. Après 9 années de bonheur passées dans la région de Carcassonne, ils ont décidé de revenir en Belgique car la chaleur était devenue insupportable pour Sabine. Le retour a pu s’envisager sereinement car Sabine et Jean ont eu la sagesse de garder un pied à terre en Belgique.
Bon nombre de britanniques venus chercher le soleil dans le sud de la France, déménagent dans le nord pour se rapprocher de leur famille restée au pays.

Le conseil pour réussir son déménagement…

A moins qu’un projet de déménagement ait été mûri et planifié de longue date, il vaut mieux attendre un an ou deux avant de faire le pas. Larguer les amarres pendant la période de transition, c’est supprimer un  des derniers repères qui n’a pas été ébranlé par le passage à la retraite. Ce conseil vaut également pour les personnes habituées aux déménagements réguliers dans le cadre du travail. A la retraite, on ne repart pas à zéro aussi facilement. Il n’y a plus d’employeur pour fixer un cadre, reconstruire un réseau social. Il n’y a plus d’enfants scolarisés et donc plus de parents qui sont souvent parmi les premiers nouveaux amis qui facilitent l’intégration. Ce nouveau départ doit correspondre à un véritable choix en connaissance de cause plutôt qu’une fuite. Un prochain article passera en revue les  éléments à prendre en compte si vous envisagez de déménager, vous y découvrirez qu’adapter son domicile est finalement parfois aussi la solution.

Cet article vous a plu ? Vous aimerez également « Comment maintenir un réseau social à la retraite ? »