monument valley

Un été chez les Navajos au cœur de Monument Valley

Magnifié dans les westerns de John Ford, le site de Monument Valley, en Arizona, surprend d’emblée ses visiteurs par le côté majestueux de ses monuments de pierre et cette zénitude qui transpire des lieux… Un endroit parfait où passer un week-end lors d’un séjour dans l’Ouest. Inoubliable.

La prisonnière du désert, La chevauchée de fantastique, The Eiger Sanction avec Clint Eastwood, …. Autant de films dans lesquels apparaît Monument Valley, avec ses tables de pierre. Un univers dominé par le rouge du sable. Et le bleu du ciel, éclatant comme la toile d’un maître. Et ce silence, extraordinaire.

Pratiquement, il est plus intéressant de débarquer dans l’Ouest via Las Vegas. Plus proche des parcs nationaux que Los Angeles. Histoire aussi de profiter de la ville et de ses excès avant de prendre la route vers Monument Valley. La radio calée sur une bonne radio, avec The Eagles et John Trudell dans la playlist, les réserves d’eau faites, votre voiture de location avec le plein fait. Direction l’Arizona, pour rejoindre un décor de western qui a certainement marqué votre imagination lors de votre enfance devant les westerns de John Ford. En chemin, profitez de l’itinéraire pour prendre une portion de la mythique Route 66, de Kingman à Flagstaff.

En traversant Kayenta si vous venez de l’ouest, vous remarquerez la situation peu enviable des Amérindiens. Les voyages touristiques pour le plaisir n’empêchent pas de s’intéresser aux hôtes. Fermons la parenthèse. De Kayenta, il n’y a plus que quelques kilomètres pour arriver au parc naturel. Et pourtant, rien ne se remarque encore dans le décor, digne d’un film avec John Wayne. Avec ce désert de sable, ces chevaux sauvages et ces buissons en boule qui traversent parfois la route. La nature vous réserve la surprise de découvrir en son temps la magie de Monument Valley.

Et puis, enfin, vous y voilà. De larges panneaux situés à un carrefour perdu au milieu de nulle part vous indiquent l’entrée du parc à grand renforts de publicité. Deux possibilités s’offrent au touriste. Tourner à droite pour entrer dans la réserve Navajo et rejoindre le parc ou tourner à gauche pour rejoindre le complexe hôtelier Goulding.
Avec l’impatience de l’enfant devant son cadeau d’anniversaire, tournons à droite, direction le parc et ses promesses. Petit détail, le pass pour les parcs nationaux n’est pas valable à Monument Valley car le site est géré par les Navajos. Il faudra allonger les 20 dollars pour entrer. Mais qu’importe. Au ralenti sur la longue ligne droite qui conduit au site, on ouvre déjà bien grands les yeux, surpris par ce silence et cet air vivifiant qui envahissent l’habitacle de la voiture. Par réflexe, on se surprend à éteindre la radio. Comme si l’on entrait dans une cathédrale. De fait, l’impression est identique quand on atteint le parking principal. La surprise est totale. Des tables de pierre majestueuses se présentent dans un écrin désertique qui laisse le touriste sans voix, même le plus blasé d’entre nous.

monument valley

Un décor à couper le souffler, au sens premier. Avec ce silence omniprésent qui agit comme le meilleur remède à la fatigue enregistrée par les heures de route. Hors de la voiture, au bord du parking, face au parc qui s’étend sur des miles et des miles, on savoure la vue. Les touristes aux alentours, pourtant nombreux, on ne les remarque même pas, captivé par le spectacle. Et cette zénitude qui s’en dégage.

Où séjourner ?

Dès l’entrée dans le hall de l’hôtel, qui porte bien son nom, The View, l’ambiance amérindienne vous séduit, avec une musique apaisante, un hall décoré façon couleur locale, avec des poupées amérindiennes et des tapisseries de très bon goût. Des fauteuils accueillants qui font face à une immense baie vitrée orientée vers le parc. L’accueil est chaleureux, professionnel. Avec du personnel navajo fort sympathique. Après quatre séjours, l’avis a toujours été identique. Positif. Bon, ceci dit, il s’agit d’un hôtel luxueux, pas vraiment orienté famille nombreuse et encore moins routard. Mais les dollars dépensés pour la chambre sont justifiés. Moderne, bien décorée, avec des matériaux écologiques et de bon goût, on se sent à l’aise. Bienheureux celui qui a une chambre bien orientée avec sa terrasse privative qui permet de prendre un dernier verre à la nuit tombée dans un calme qui change des traditionnels hôtels américains, bruyants. Petit détail mais qui peut avoir son importance, si vous souhaitez profiter d’un bon verre de vin pour admirer la voie lactée et le silence du désert, parfois troublé par le cri du coyote, pensez à amener votre bouteille. Les Navajos ne peuvent vendre d’alcool. Dans le parc, l’alcool est absent. Mais qu’importe, l’ivresse sera dans les yeux, face au spectacle.

monument valley

Conseils d’initié

Surtout, essayez d’arriver sur le site avant le coucher du soleil. Ce moment est réellement magique par beau temps. Il faut voir le monde se rassembler, comme guidé par une force supérieure, sur la terrasse et le muret du parking pour assister au ballet grandiose des derniers feux du soleil sur les monuments de pierre. Un moment inoubliable qui s’accompagne de la même scène le matin au lever du soleil. Il est rare de voir autant de touristes en vacances se lever à l’aube pour voir le soleil se lever. Et pourtant… Notez, devant le restaurant, sur la terrasse qui fait face aux butes de pierre la petite plaque qui indique l’endroit préféré de John Wayne.

Qui dit site exceptionnel, dit aussi succès touristique. D’où l’obligation de réserver longtemps à l’avance pour un séjour lors de la haute saison, d’avril à octobre. L’automne est délicieux dans le parc, fin octobre, il fait encore délicieux, le parc est moins visité et le soleil d’automne ravive davantage les couleurs du parc.

Soyez assuré que Monument Valley restera longtemps parmi vos meilleurs souvenirs de ce voyage dans cet Ouest américain qui mérite de nombreux séjours pour espérer tout visiter. Les distances sont longues aux USA.
Comme chaque visiteur, vous verrez que le moment le plus pénible de votre séjour ne sera pas le paiement de votre note, mais le départ. L’endroit exerce un tel pouvoir attractif qu’il est difficile de le quitter. Il faut une sacrée volonté pour démarrer la voiture, reprendre la longue ligne droite pour quitter le parc, sans se retourner et écraser une petite larme. Et au carrefour, ne tournez pas à gauche, vers Kayenta, mais à droite, vers Mexican Hat. Une route magnifique vers d’autres surprises vous attend. On the road again chante le groupe Canned Heat à la radio. Born to be wild…

Se rendre à Monument Valley…

Pour rejoindre Monument Valley, la meilleure solution et la plus économique est de prendre un vol pour Las Vegas, Nevada (pas le Las Vegas du Nouveau Mexique) et de louer une voiture. Confortable car les distances sont grandes. Petit conseil, louez-là depuis la Belgique et ne répondez pas au chant des sirènes de l’agence de location qui va essayer de vous faire prendre une voiture de catégorie supérieure. Le piège mortel pour votre portefeuille. Ne le faites pas, c’est tout. La réponse aux avances ? Deux lettres : NO. Ceci dit, profitez d’une soirée ou deux à Vegas pour vous éclater. La vie nocturne est riche, et peu coûteuse. Le lendemain, chargez la voiture en essence et en eau. Et partez tôt. Le voyage sera long mais nécessaire pour découvrir cette pépite de l’Ouest. Même si vous avez un GPS, voici quand même le parcours à suivre. Prenez la 93South jusque Kingman, la 40East jusque Flagstaff puis la 89North et la 160 East jusque Kayenta. De là il vous suffit de suivre le panneau Monument Valley. Il vous reste une trentaine de kilomètres jusqu’à l’entrée du parc. Essayez d’arriver pour le coucher du soleil, spectacle féérique garanti.