Rencontre avec 3 cheffes étoilées belges

Photo chefs feminins belges

Ces femmes semblent se faire une place « professionnelle » en cuisine !  Juste retour des choses pour une pratique quotidienne ayant toujours été l’apanage de la gent féminine, non ? Rencontre avec la Flamande, la Wallonne et la Bruxelloise les plus emblématiques du moment.

par Joëlle Rochette

Des chefs « en jupons »

Parmi la vingtaine de femmes chefs de cuisine en Belgique œuvrant aux destinées épicuriennes de nos concitoyens, nous en avons rencontré trois ! Trois pour trois régions de notre petit pays où elles sont de plus en plus nombreuses à exprimer un talent débridé doublé d’une passion inébranlable, une volonté de fer accessoirisée d’une énergie à tous crins. Vocabulaire guerrier, brigades masculines et coups de feu ne leur faisant pas peur, ces véritables chefs de cuisine sont tout autant de fameux chefs d’entreprise. Chefs de cuisine mais aussi mère, sportive ou friande d’art contemporain, voici trois personnalités aussi attachantes qu’emblématiques de notre paysage gastronomique féminin.

Julie Baekelandt, Lady chef 2016

photo julie baeckeland

Élue Lady chef of the Year 2016, Julie Baekelandt, bien que la plus jeune de notre trio gagnant, n’en est pas moins déjà propriétaire de son propre restaurant. Ceci après avoir été rôdée à de belles enseignes dont notamment le Belga Queen où elle a appris à travailler bien, certes, mais aussi très rapidement pour un grand nombre de couverts. ensuite, elle apprendra réellement les celles du métier (dont celle permettant de sublimer le goût de chaque produit) avec Wout bru à Eygalières et au cheval blanc à Courchevel. À l’ombre de l’église de Zottegem, sa petite enseigne à la décoration contemporaine dotée d’un dessin original de l’artiste Amand Panamarenko, fait aujourd’hui courir tous les becs des environs et de bien plus loin encore. avec humour et empathie, elle dirige son équipe (dont sa pétillante seconde qu’est Yana Debeer) comme une cheftaine créant une ambiance animée et amicale de la cuisine à la salle. alors que petite elle était déjà une vraie compétitrice – elle jouait au foot et adorait la compétition – aujourd’hui elle n’a rien perdu de sa volonté d’être la meilleure dans son domaine de prédilection, la cuisine. et c’est de très bonne grâce qu’elle prend le temps, entre deux coups de feu justement, de répondre à nos questions curieuses et intriguées.


Que vous a apporté le titre de Lady Chef ?

Beaucoup de clients, des nouveaux venus par curiosité et des Dèles venus me féliciter. Pas mal de presse aussi mais davantage flamande que francophone. J’ai aussi un très bon souvenir du dîner à quatre mains que nous avons fait avec la Lady chef 2015 pour toutes les Lady chefs réunies. Cela m’a aussi rapporté plusieurs autres occasions de rencontres et de représentations.

—-

Quels sont les difficultés de ce métier ?

La résistance physique, le stress, les heures d’activité, 17 à 18 heures par jour à travailler debout, sont les plus grandes difficultés de ce travail. J’équilibre cela avec beaucoup de sport que je pratique depuis toujours et qui m’aide à évacuer le stress. Il faut aussi bien dormir et surtout, inévitablement, avoir la passion de la cuisine. Moi, elle ne m’a plus quittée depuis mes 15 ans ; elle représente donc la moitié de ma vie !

Des qualités féminines pour mieux gérer votre petite entreprise ?

Il faut avoir beaucoup de souplesse et de gentillesse. mais il nous faut aussi beaucoup de caractère, de force et, toujours, cette fameuse dose de passion. Pour le reste du métier, que ce soit un homme ou une femme qui le pratique, le sens de l’organisation, de l’ordre et d’une hygiène irréprochable sont les meilleurs atouts.

—-

Votre plus beau souvenir depuis que vous avez ouvert votre restaurant C-Jules ?

Le jour où Panamarenko qui, avec sa femme Eveline, est l’un de mes clients fidèles, a dessiné sur le mur du fond du restaurant un dessin original. Ce dessin est d’une grande valeur tant sur le plan de la renommée de cet artiste connu internationalement qu’au niveau amical et j’en suis réellement très flattée.

www.c-jules.be