Bonne adresse : La Villa Lorraine

photo villa lorraine

Poussons la porte d’une maison qui continue a évoluer au fil du temps… Aujourd’hui sous la houlette de Serge Litvine, cette excellente adresse bruxelloise retrouve ses lettres de noblesse. Plus que jamais, avec Gary Kirchens au piano, on peut dire que la Villa Lorraine mérite le détour.

Texte par Joëlle Rochette

Un détour que l’on fera tantôt pour la cuisine délicieuse de ce jeune chef de 29 ans, rôdé à quelques enseignes prestigieuses françaises (voir son portrait dans la rubrique « Chef du mois de février »), tantôt pour l’arrivée de produits d’exception à la carte, tel le véritable Bœuf de Kobe ou tantôt encore, pour l’arrivée en cave de somptueux vins de propriété comme ce fût le cas, il y a quelques semaines, des vins du Domaine de Courteillac que Simon Pirard (distributeur), Dominique Méneret et Stéphane Derenoncourt, respectivement propriétaire et œnologue du Domaine, nous ont fait découvrir lors d’un déjeuner organisé dans un salon privé de la Villa.

A cela , il faut ajouter le voisinage bienveillant de notre célèbre Yves Mattagne (Sea Grill) désormais associé à Serge Litvine ; divers menus saisonniers (tant côté « gastro » que côté Brasserie), une splendide terrasse pour l’été et toujours les enseignes « Traiteur Villa Lorraine» à Bruxelles et à Walerloo, le tout pour un rappel légitime des mille et un atouts jubilatoires qu’offre aujourd’hui La Villa Lorraine.

Succession de chefs en cuisine

Ainsi, dès le rachat des lieux par Serge Litvine, c’est au Maître Cuisinier Alain Bianchin qu’avait été confié le challenge de décrocher à nouveau une étoile au Guide MICHELIN. Challenge très vite réussi par celui qui sortait du Chalet de la Forêt voisin et qui un peu plus tard, une fois mission ici accomplie et frictions internes dépassées, allait avoir l’énergie et le bon sens d’ouvrir sa propre enseigne à Overijse (Restaurant Alain Bianchin). Enseigne très vite étoilée elle aussi, c’est dire le talent de ce chef à qui l’on doit la redynamisation de la cuisine de cette maison belge emblématique qui, par le passé, avait été la première triplement étoilée hors France.

Ensuite vint le tour du jeune Maxime Colin de faire ses preuves et de maintenir l’astre tant convoité. A nouveau, l’objectif fût atteint et quelques temps plus tard, fort de cette expérience, Maxime s’en alla relancer le restaurant de son frère Gaëtan, d’Oude Pastories en périphérie flamande bruxelloise, qu’il transforma en restaurant gastronomique.

Autant de chef passé par la Villa Lorraine, avant l’arrivée de Gary Kirchens, et qui, chacun à leur façon, auront brillamment contribué à redorer l’enseigne si chère à tous les gourmets de la Capitale.

photo Gary Kirchens

Produits nobles et nouveaux arrivages, le Bœuf de Kobe en tête

Si la maison était déjà connue pour proposer des produits d’excellence, dont une très belle sélection de caviar (Baeri, Dauricus, Schrenki) ce n’est qu’en octobre dernier que le Bœuf de Kobe a fait son apparition à la carte. Une arrivée doublée du fait que l’enseigne figure désormais parmi les quelques rares restaurants, (voire le seul en Belgique si ce n’est celui de Rob) à proposer du véritable Bœuf de Kobe, chose qui valut à Gary Kirchens de recevoir le Trophée officiel de cuisinier du bœuf de Kobe.

Place aux jeunes gastronomes, bonjour nouvelle génération

Tout au long de l’année, et ce du mardi au samedi midi et le soir des mardis, mercredis et jeudis La Villa Lorraine a pris le parti d’offrir un menu complet aux jeunes gastronomes âgés de 18 à 28 ans. Un trois services – qui avec les amuse-bouche serait plutôt quatre – comprenant : apéritif, mise en bouche, entrée, plat, dessert ainsi qu’une demi bouteille de vin et une demi d’eau, thé ou café tarifé 68 €/personne. Un menu qui, pour avoir déjà été testé par nos jeunes collaborateurs, correspond en tous points à cette heureuse promesse de faire découvrir cette jolie table étoilée à petit budget pour ceux qui seront assurément les clients fidèles de demain.

Une brasserie épicurienne pour tous

Last but not least, la Brasserie de la Villa Lorraine fait sans doute depuis un bon bout de temps figure de table à recommander en bien des circonstances. A budget plus accessibles pour tous, on y bénéficie de la même exigence de travail, tant en cuisine qu’en salle ou qu’au niveau des produits. Ceux-ci moins nobles qu’au restaurant gastronomique, donc moins coûteux, sont néanmoins toujours scrupuleusement sélectionnés par Gary Kirchens qui, là aussi, montre son talent pour mettre à la portée de tous cette enseigne figurant parmi les meilleures de la Capitale.

Avec ou sans fête à célébrer, avec beaucoup ou peu de moyen, il y aura donc toujours une bonne raison pour repartir à la découverte de cette grande maison de bouche au piano désormais parfaitement orchestré par le jeune Gary Kirchens.

La Villa Lorraine (et Brasserie)
Avenue du Vivier d’Oie 75 – 1000 Bruxelles
Tél : +32-2 374 31 63 – www.lavillalorraine.be


www.joellerochette.com