Dégustation avec Eric Boschman

photo gamme vintense

Il est parfois complexe d’analyser des vins qui n’en sont pas tout à fait. C’est que dans le vin, la fonction alcool n’est pas seulement un accessoire de l’ivresse rituelle depuis la nuit des temps, c’est aussi une structure aromatique et gustative que l’on découvre chaque jour un peu plus dans sa notion équilibrante depuis la révolution de la dégustation organoleptique des années 1950/60.

Par Eric Boschman

En guise de préambule

L’alcool porte les saveurs au même titre que le sucre, et quand l’un vient à disparaître, l’autre devient une bonne part du squelette. Ajoutons-y un peu de notions acidulées et voilà, le tour est, presque, joué. Encore faut-il que le résultat soit probant. Pour élaborer ce produit tout à fait contre nature, les balbutiements ont été nombreux jusqu’à présent, mais là, on dirait que ces nouveaux produits ont posé un jalon qualitatif surprenant dans ce monde où la médiocrité régnait en maîtresse incontestée depuis quelques décennies. Avec cette gamme « Premium Quality », j’ai découvert des choses qui faisaient mieux que tenir la route. Certes, toute chose étant égale par ailleurs, nous sommes plus proches des profils de ces cépages vus depuis le Nouveau Monde, ou du moins dans une version juteuse à souhait destinée aux « primo-dégustants », que des grands crus bourguignons ou bordelais, généralement terroirs d’origine de ces cépages. Mais, franchement, on peut les déguster sans devoir boire toute sa honte au préalable, et se faire plaisir allègrement. Et ça, c’est une bonne nouvelle.

Chardonnay Vintense

photo chardonnay vintenseOui, le soleil reviendra, c’est promis. Un jour ou l’autre, si pas durant le printemps, au moins pendant l’été. Sinon à quoi serviraient toutes ces histoires de réchauffement climatique ? Allez, c’est pas grave, ce n’est qu’une ou deux mauvaises saison à passer. En attendant, j’ai peut-être une solution pour aider aux incantations favorisant le retour de l’astre suprême. Laissez-vous aller, tranquillement, ça se nomme Vintense. C’est blanc, c’est du chardonnay. Au nez, vu la rondeur annoncée, c’est plus que certainement originaire du sud, ou d’un climat relativement chaud. En explorant un peu plus le nez – n’ayez crainte c’est juste une expression comme ça en passant, histoire de jouer le vieux sommelier – donc, en découvrant un peu plus, on oscille entre les agrumes et la pomme, viennent ensuite les fleurs, un peu de tilleul et puis du miel d’acacia. Bref, ça tient la route. En bouche, c’est un rien plus surprenant. À la fois jus de pomme et de raisin, avec une rondeur certaine, voire une sucrosité marquée en fin de bouche, mais, et là, c’est la petite étincelle qui ravive l’ensemble, une belle acidité bien placée qui rafraîchit le palais. Bien frais, avec quelques glaçons, ça pourrait être la boisson de l’été. Frais, et sans les glaçons, c’est parfait maintenant. C’est une boisson vraiment surprenante, qui a un petit goût de revenez-y tant et plus.

À mon sens pour accompagner une cuisine exotique, du genre thaï, pour un Tom Kha Kai par exemple, ce sera top. Si vous n’aimez pas ça, une salade de jeunes pousses, roquefort, pommes et lardons, avec une belle vinaigrette classique, pas toute faite mais que vous montez vous même, ce sera le bonheur. Et puis, une petite salade, quand on pense aux bikinis pour dans trois mois, c’est totalement de saison !

————————————————————————————————

Cabernet-Sauvignon Vintense

photo cabernet sauvignon vintenseLe cabernet-sauvignon présente une robe grenat, avec des notes rubis. Il est moyennement gras à l’œil. Au nez, il est un peu discret au départ, il demande un peu d’oxygène. Faites comme moi, je le passe en carafe, très brutalement, dans une carafe de laboratoire, vous voyez, les machins très larges à la base avec un large col. Laissez-lui quelques minutes et servez à température de cave. Le nez se présente par des notes d’encre humide, le côté écriture au stylo à encre, pas le côté maritime hein.

Ensuite, on évolue vite vers du fruit rouge et noir, un peu de cassis, de la fraise bien mûre. La petite touche de poivron vert et même un côté feuille morte qui se ramasse à la pelle, c’est de saison. En bouche, c’est ultra souple, rond, certes avec des tanins légers c’est un peu déconcertant au départ, mais on s’y habitue très vite. La longueur est moyenne. À boire pour accompagner des viandes grillées, quelques fromages à pâte dure jeunes.

————————————————————————————————————————————

Les fines bulles Vintense

photo vintense blanc fine bullePas de fête sans bulles, c’est bien connu parce que la vie est nulle sans bulles, faut-il encore le souligner ? Dans une gamme sans alcool, il est fondamental de proposer de quoi faire la fête pour tout le monde. Au nez, on part indéniablement vers des notes de pomme jaune, un côté un rien feuille morte et une touche de champignon blanc. En bouche, c’est très rond, moyennement long, avec une belle note acidulée, on reste sur le côté pomme Golden.

La sucrosité moyenne s’efface avec le froid, donc, si vous voulez profiter au maximum de votre dégustation, rafraîchissez bien votre flacon. Ce genre de produit accompagnera parfaitement des petites bouchées au fromage de chèvre légèrement épicées lors de l’apéritif en famille et tout le monde pourra en profiter sans hésitation, même ceux qui conduisent.

——————-

Tous les vins Vintense 0,0% sur www.vintense.be