intestin

Le bien-être commence dans l’assiette

Qui n’a jamais eu du mal à « digérer » une mauvaise nouvelle ? Ou l’estomac noué avant un rendez-vous important ? Et si vous n’étiez pas dans votre assiette précisément à cause de ce qu’il s’y trouve ? Myriam Kamouh, coach en nutrition, donne la parole à cet organe mal aimé qu’est l’intestin…

Pourquoi dit-on que l’intestin est notre 2 ème cerveau ?

Ce qui se passe dans notre intestin a une influence sur notre mental, et vice-versa. En fait, 80% des messages circulent du ventre vers le cerveau. On devrait donc dire que l’intestin est notre 1er cerveau ! Il faut savoir que notre intestin abrite des millions de neurones et des milliards de bactéries, appelées microbiote intestinal. Cet écosystème tient un rôle essentiel dans notre bonne santé physique et psychique. Il va servir de principal conseiller à notre cerveau. Si notre microbiote est déséquilibré, il génèrera une inflammation intestinale, ce qui aura pour conséquences directes un état dépressif, anxieux, une fatigue chronique, ou encore des migraines. Les conséquences peuvent aussi être un côlon irritable, des douleurs articulaires, des problèmes d’acné ou d’eczéma. En outre, les bactéries intestinales régulent 90% de la production de sérotonine, l’hormone du bonheur.

Notre alimentation joue donc un rôle essentiel sur nos émotions ?

C’est évident ! Si l’équilibre de notre microbiote intestinal (et donc la bonne santé de notre intestin) tient principalement à une alimentation saine, d’autres facteurs entrent en jeu. Par exemple, la prise de médicaments (antibiotiques, antidouleurs, anti inflammatoires, anti-reflux,…) ou le contact récurrent avec des polluants chimiques (dans les cosmétiques et les produits ménagers non bio) peuvent sérieusement altérer notre microbiote intestinal.

Pour chouchouter notre intestin, on consommera :

  • des aliments fermentés : yaourts, choucroute, légumes lactofermentés, pain
    au levain, miso, tamari (sauce soja fermentée). On pensera aussi à des cures
    régulières de probiotiques (complément alimentaire contenant différentes
    souches de bonnes bactéries).
  • une grande quantité de fruits et légumes bio (car les pesticides altèrent le
    microbiote)
  • des graisses monoinsaturées (olive, amandes, avocat) et oméga 3,
    présentes dans les noix (de Grenoble, de pécan, du Brésil), les huiles de
    colza, de lin, de noix – à consommer non chauffées – et les poissons gras, tels
    que le saumon ou les sardines.
    A côté de cela, il s’agit de bannir les aliments industriels ultra-transformés, pleins de
    sucre, de sel et d’additifs qui perturbent notre microbiote.intestin

Ballonnements, constipation, aigreur d’estomac,… qu’est-ce que notre corps tente d’exprimer ?

Les personnes atteintes de troubles digestifs reçoivent une alerte de leur corps pour leur dire que quelque chose dysfonctionne. On remarque d’ailleurs que les personnes atteintes de troubles digestifs ont plus de risque de développer une dépression ou des troubles anxieux. Il s’agit de réagir à ce moment-là, en opérant un rééquilibrage alimentaire afin de nourrir notre organisme d’aliments que la nature a prévu pour lui ! En plus des conseils nutritionnels cités plus haut, je préconiserais un boost nutritionnel supplémentaire : des jus de légumes frais*, qu’on réalise soi-même avec un extracteur de jus. Les jus de légumes (auxquels on peut ajouter un peu de fruits pour adoucir le goût) vont reminéraliser le corps, et apporter en un seul verre
les bienfaits alcalinisants et antioxydants d’une très grande quantité de légumes crus.

* Sauf pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale.