sport 50 ans

5 bonnes raisons de faire appel à un personal trainer

À 48 ans, Bruno Bériot, inventeur du Body Concept Training, un concept de remise en forme et d’évolution basé sur un entraînement fonctionnel guidé par un personal trainer, gère un réseau de 31 coachs indépendants, en Belgique, au Luxembourg et en France. Sa devise ? « Bouger, c’est bien. Savoir comment, c’est mieux ! ». Découvrez son interview en 5 questions.

1. Beaucoup de femmes ménopausées se proclament « trop âgées » pour se mettre ou se remettre au sport. Qu’en pensez-vous ?

Je ne parlerais pas de sport, mais plutôt d’activité physique, parce que « sport » est synonyme de « performance » et que, de façon générale, à la ménopause, une femme recherche plutôt la santé et la forme. Mais il n’y a pas d’âge limite pour retrouver le plaisir de bouger : à condition d’avoir la ferme intention de s’investir personnellement dans cette démarche, toute femme – et, plus largement, toute personne – peut devenir actrice de son propre changement.
Le tout est de ne pas brûler les étapes : si vous terminez chaque séance d’entraînement dans un état d’épuisement total, vous ne tarderez pas à laisser tomber. Par contre, si l’intensité de l’activité est régulée de manière à produire chez vous un sentiment de bien-être, vous attendrez la prochaine séance avec impatience !

2. Contre l’ostéoporose, qui est un des principaux problèmes associés à la ménopause, le docteur Luc Baeyens recommande les activités avec « mise en charge ». Vous approuvez ?

Absolument. En fait, les efforts nécessités par les sports dits « portés », comme la natation, l’aquagym, l’aquabike, qui ne sollicitent pas les articulations, puisque c’est l’eau qui porte le corps et non les jambes, n’ont pratiquement aucun effet sur l’ostéoporose. Au moment de la ménopause, il faut plutôt faire des efforts « en charge », qui entraînent une compression osseuse et des « chocs » au niveau des os, parce que le corps est bien fait : si vous le « maltraitez », il se régénère. D’où l’utilité de pratiquer des activités comme la marche, la marche nordique, le jogging, mais aussi le tennis ou le golf, qui obligent votre corps à s’occuper de sa propre guérison.

3. Et qui empêchent en même temps la prise de poids si redoutée par les femmes ménopausées ?

En moyenne, le métabolisme de base, c’est-à-dire l’énergie dépensée par le corps au repos, diminue d’environ 200 calories à la ménopause. Si vous ne changez rien à vos habitudes alimentaires, vous risquez donc de prendre du poids, sauf si vous augmentez votre activité physique, de manière à maintenir ou même à élever votre niveau métabolique. En entretenant et en développant votre masse maigre, vous pouvez stabiliser, voire réduire votre masse grasse.