sport ménopause

7 bonnes raisons de me (re)mettre en mouvements à la ménopause !

En plus de la réduction des symptômes de la ménopause, voici 7 bonnes raisons supplémentaires de vous (re)mettre en mouvement ! Car bouger, c’est bon…

1: Contre le cancer

D’après la plus grande étude jamais réalisée sur le lien entre l’activité physique et le cancer (accessible en ligne sur le site de la célèbre revue scientifique JAMA depuis juin 2016), l’exercice régulier est associé à une diminution significative du risque de 13 cancers différents (œsophage – 42 %, foie – 27 %, poumon – 26 %, rein – 23 %, estomac – 22 %, utérus – 21 %, leucémie myéloïde – 20 %, myélome – 17 %, côlon – 16 %, tête et cou – 15 %, rectum – 13 %, vessie – 13 %, sein – 10 %) !

2: Contre l’anxiété

Encore un coup des endorphines ? Oui, mais l’exercice stimule aussi la production d’autres substances, comme la phényléthylamine, qui vous rend à la fois alerte et euphorique, la sérotonine, qui a des propriétés anxiolytiques et antistress, et la célèbre dopamine, neurotransmetteur du plaisir et de la récompense!

Mini conseil

226 – votre âge. C’est votre fréquence cardiaque maximale, c’est-à-dire le nombre maximum de battements que votre cœur peut effectuer en 1 minute. Si vous avez 48 ans, 226 – 48 = 178. Même au plus fort de votre entraînement, votre cœur ne doit donc jamais dépasser 178 battements par minute. Si vous reprenez une activité physique après de longues années de sédentarité, l’idéal est de commencer à 75% de cette valeur, donc aux alentours de 130 pulsations par minute.

3: Contre la dépression

Non, l’activité physique n’est pas le remède miracle tant attendu contre les dépressions sévères, mais, contre les dépressions légères et moyennes, de nombreuses études ont confirmé son efficacité. Dans une méta-analyse publiée en 2016, une équipe internationale de chercheurs a analysé 25 des études les plus rigoureuses sur ce thème et a montré que l’exercice constitue à lui seul un traitement antidépresseur efficace. Combiné à un traitement classique, il augmenterait même de près de 70 % le taux de guérison !