Vacances : grands-parents SOS !

Reading Time: 5 minutes

Avec plaisir!

L’ingrédient indispensable pour que tous ces petits arrangements tiennent la route, c’est évidemment et avant tout, le plaisir ! Et d’abord, on fait évoluer son vocabulaire. On ne « garde » plus ses petits-enfants, on s’amuse avec eux !

Ça change tout, déjà dans l’énergie de la formule. De grands-parents gardiens, on devient les J.PM.J., les Joyeux Papy/Mamie Joueurs qui prennent du plaisir à partager des moments de complicité avec leurs petits. Créativité au programme !

Tout fait farine au moulin du plaisir : une chanson, des collages, un jeu de société, une recette, un coin de jardin, la visite ludique d’un musée, une partie de cache-cache dans un château, la récolte de trésors dans la nature, un album photos… Ringard ? Jamais ! Parole de Chantal qui continue à faire des tirages papier des photos pour en faire des albums que ses petits-enfants – ados maintenant – ne se lassent pas de parcourir, même s’ils sont accro à leurs tablettes ! Une belle activité pour cet été que de réaliser ensemble un album de l’année en cours…

Cool, mamie, cool!

Pas obligé de faire un marathon de 36.000 activités. Essoufflement garanti ! La joie d’être ensemble passe aussi par des moments de calme, d’intériorité. Inviter l’enfant à s’asseoir, lire ou partager un livre, raconter et se raconter mutuellement pour faire vraiment connaissance, inspirer confiance pour que la parole se libère et que les petits ou grands tracas puissent se dire. Une vraie belle transmission de grand-parent. Mais chuuuuuuuuuut, ça ne regarde que nous.

Trop de mamie, tue mamie!

Les enfants ont aussi leurs états d’âme… et ils l’expriment haut et fort, au risque de déséquilibrer tout l’édifice ! Christiane se souvient : « chaque fois que ma fille et mon beau-fils avaient besoin de moi pour garder leur petit, j’accourais… même si cela ne m’arrangeait pas toujours. Jusqu’au jour où, au lieu de se précipiter dans mes bras comme à l’accoutumée, Quentin (2 ans et demi) a fondu en larmes en me voyant. et pire, le surlendemain, il me criait « va-t’en ! » aussitôt arrivée dans leur appartement.

Les enfants ont des antennes. Je pense qu’il percevait que je traversais une période difficile et que je traînais un peu les pieds mais aussi, que pour lui, « Mamie = Papa/Maman pas là ».

On a pu mettre des mots sur son ressenti et rectifier le tir. avec ses parents, nous avons décidé qu’au lieu de partir juste après leur retour, je resterais de temps en temps plus longtemps pour partager un repas ou un autre temps privilégié tous ensemble. La dynamique a depuis complètement changé. »

Oser ses propres désirs

C’est à cela qu’on aspire quand on ne cultive pas un lien de dépendance qui étrangle au lieu de fluidifier. Bonjour la culpabilité quand on capte un regard réprobateur, un mot qui en dit long, une inquiétude de ne pas trouver de solution pour les vacances, des non-dits qui empoisonnent les relations. Fluidité ! C’est à cela que les grands- parents sont conviés. a faire circuler la vie. Transmettre le respect de soi et des autres. Et permettre à chacun de rêver ses propres rêves. Il arrive qu’ils se rencontrent. Mais pas forcément. Et accepter cela aussi…