livre

3 livres à découvrir cet hiver

On n’a pas toujours besoin d’une évasion fiscale, ni les moyens d’une évasion tropicale. Si on prenait le temps de voyager un livre à la main ?

Reading Time: 2 minutes

Les livres à ne pas louper

On s’évade vers la quête du bonheur, avec L’enfant du Danube (János Székely, Folio). Attention, il n’est pas dit que tous les protagonistes de cette épopée réaliste parue en 1949 allaient l’atteindre, mais le lecteur, oui, dès les premières lignes. On suit Béla, un jeune homme que la vie a manifestement pris en grippe, de sa naissance à la fin de son adolescence, dans la Hongrie pré-fasciste des années 20-30. L’écriture est parfaite, l’adversité que surmonte Béla, sublime. On est outré à chaque page par tant d’injustices, on a faim avec ses camarades, on entend avec eux la musique des années folles dans un palace de Budapest. C’est un rappel d’Histoire, une aventure humaine à vous fendre puis vous recoudre, puis vous refendre le cœur. Et finalement, un grand roman d’espoir.

livre

On peut aussi s’échapper vers les contradictions psychologiques et affectives d’une famille qui court après l’amour, de Grèce en Suisse, en passant par l’Avenue Louise. Diane Brasseur raconte dans La Partition (Allary Editions) les turpitudes sentimentales de la Grecque Koula, grande amoureuse et mère paradoxale, dans les turbulences qui agitent d’Europe des années 1920 à 1970. Un « page-turner », qu’on ne peut poser sans craindre de cesser de vibrer comme les cordes d’un piano.

livre

Enfin, on peut explorer les turpitudes de l’existence et des amours confrontantes : A la conquête de l’homme rouge (Corinne Maier, Editions Anne Carrière) ne narre pas la recherche du Père Noël, mais l’universelle surprise des passions interdites. En l’occurrence, d’une bourgeoise fraîchement abandonnée et déchue, qui passe d’une transition de vie maladroite à un désir très à gauche. Communisme, cuisine et remise en question, on va parfois plus loin avec un petit bouquin qu’avec un gros avion.