Espagne: En Castille-et-León, deux cités d’or

Reading Time: 4 minutes

Promenade d’automne dans deux villes espagnoles cuirassées de beauté dorée et bleue, au passé important, pleines d’histoires à partager. Bienvenue à Salamanque et Ávila.

Par Pierre Miame

Ce qui frappe, avant l’abondance de leurs arts visuels et décoratifs patinés par les siècles, c’est la sonorité qui les anime. A Salamanque, il faut flâner sur la plaza Mayor, de style baroque, comptant parmi les plus belles places d’Espagne et même d’Europe, pour se rendre compte que le cœur de la ville bat ici, charriant des murmures d’extase et résonnant de cette verrerie de bar portée en plateau comme des trophées, tasses, calices et flacons augmentant de leur tintement l’intense rumeur touristique. Lieu de tous les rendez-vous, amoureux et professionnels, ce carré parfait met ordre et harmonie dans le chaos de la ville. Avec ses arches maintes fois dupliquées, ce grandiose monument du XVIIIe siècle magnétise. Parce que, dans ce patrimonial salon à ciel ouvert, il y a toujours du monde, à n’importe quelle heure, et plein d’histoires à partager. Parce qu’il y fait bon arrêter le temps, lui qui y a laissé un interminable sceau de presque trois millénaires.

life-magazine-castilleDeux moments magiques subliment la majesté de ce legs historique de premier ordre : la tombée du soir et le lever du jour, quand le soleil transforme la pierre en or. Aisément, cet héritage permet de se transporter dans l’effervescence de son âge d’or, quand elle pullulait de marchands d’étoffes, d’étudiants, de courtisanes, d’érudits, de prélats parfois inquisiteurs, jusqu’à jeter des professeurs en prison.

Aujourd’hui encore, les gens la traversent en flux et semblent autant de relais de sa lumière. Sous les porches, les cafés aux grands lustres et les restaurants ne désemplissent jamais. Arrêtez-vous au café centenaire Novelty, brassant hommes de lettres et artistes locaux, où l’écrivain Torrente Ballester y est encore assis, statufié, pour regarder le monde. Dans cet écrin de choix, sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, la chrétienté y a jeté son dévolu, avec force bâtisseurs et pèlerins. Peu de villes peuvent s’enorgueillir d’avoir deux cathédrales entre leurs murs. Salamanque est de celles-là : une imposante cathédrale neuve, de style gothique avec des éléments baroques, est accolée à l’ancienne, romane et plus intime. Toutes deux inscrites au patrimoine mondial de l’Humanité depuis 1988. Arpentez, sur les balcons décoratifs, ses nombreux degrés, accédez à ses coulisses par les volées d’escaliers, rapprochez-vous au plus près de sa coupole, de ses clochers et de ses tours, et la monumentalité de cet ensemble « cathédrale » vous fascinera.

Glorifiant le savoir et la connaissance, cette ville cathédrale abrite aussi l’une des plus anciennes universités d’Europe. Sa réputation d’excellence se perpétue depuis sa fondation en 1218 et sa rentrée académique, avec bannières et toges, se déroule toujours en grande pompe.

Ávila, berceau de Thérèse

Au cœur de cette région de Castille-et-León, haut lieu culturel et culinaire, quittons Salamanque pour Ávila. La route est belle, bordée de chênes à perte de vue qui se fondent dans un esthétique camaïeu de verts et de gris. Les branches des chênes verts sont étrangement tortueuses et, en hiver, quand la brume s’y accroche, le pays ressemble à une terre à sorcières.

Vous croiserez beaucoup de bœufs blancs et bruns, et de cochons gris noir ressemblant plus à des sangliers. En Castille, nourri de glands, le cochon ibérique sert sur les tables gastronomiques un merveilleux jambon séché, le classique chorizo et du morcilla, un boudin noir typique agrémenté de petits pignons ou de riz et servi chaud, en tranches. Pour déguster tout cela, faites étape à Guijuelo, une ville où le jambon séché est élaboré selon la noble tradition.

life-magazine-bastilleTout terroir qui se respecte cultive la vigne, et tant mieux si vous accompagnez un mets à base de charcuterie d’un bon vin du pays. Justement, sur une terrasse du vignoble Cámbrico, dans un sol de granit et d’ardoise, Fernando privilégie les variétés locales résistantes au rude climat, souligné par le dicton local « Nueve meses de invierno, tres de infierno ! » (Neuf mois d’hiver, trois mois d’enfer).

Enfin, au bout du chemin, riche de nombreux palais anciens reconvertis en hôtels, en musées et dotée d’une austère cathédrale, Ávila, cité-forteresse très touristique, inscrite depuis 1985 au patrimoine de l’Humanité, culmine à 1.127 mètres. Son remarquable rempart crénelé de couleur ocre, de la fin du XIe siècle, ses 88 tours et 9 portes, enserrent la ville sur tout son pourtour. Jadis censé protéger la ville des invasions arabes, son chemin de ronde offre aujourd’hui une promenade de 1.500 mètres sous le soleil. Carillonnante par ses 25 églises, où une messe se célèbre toujours bien quelque part, c’est surtout la ville de sainte Thérèse. 2015 a célébré le 500e anniversaire de la naissance de cette sainte internationale, ce qui valut à Ávila de recevoir des hordes de pèlerins du monde entier. Dans ce XVIe espagnol, Thérèse, profondément mystique, lance une réforme de l’ordre carmélite. Seule contre tous, elle se bat pour rendre celui-ci plus dépouillé et plus humble. Toute la ville transpire du culte à cette carmélite rebelle, première femme à avoir été canonisée. Thérèse a peut-être contribué à l’inscription de toute la ville, depuis 1985, sur la liste du patrimoine de l’Humanité.

 


Informations pratiques

  • Air Europa dessert l’aéroport de Madrid-Barajas à partir de 79 € A/R avec la possibilité de louer une voiture à partir de 25 €/jour. Plus d’infos sur : www.aireuropa.com.
  • Depuis Madrid, comptez respectivement 1h15 et 2h15 de route pour rejoindre Ávila et Salamanque.
  • Où dormir dans la région ? Non loin de Valverdón, dans la vallée du Duero, à une trentaine de kilomètres de Salamanque, vous serez séduit par l’Hacienda Zorita, un hôtel aménagé dans un ancien couvent dominicain daté de 1366. Cette Hacienda initie aux produits du terroir tandis que, dans sa bodega, l’œnologue Javier vous propose des vins rouges des cépages Tempranillo et Syrah, ainsi que l’excellent blanc Verdejo.
  • Office municipal de Tourisme de Salamanque: 5, Plaza Mayor, tel: 0034 902 30 20 02, www.salamanca.es


© Fiftyandme 2023