Le syndrome du nid vide ou comment gérer le départ des enfants

Oui, la vie est parfois cruelle. La cinquantaine se passe bien question santé, pareil pour la vie professionnelle. Et puis tombe la nouvelle : votre enfant décide de prendre son envol. Comment gérer au mieux cette étape majeure dans la vie de famille ? Et si on était victime du syndrome du nid vide ?

Reading Time: 2 minutes

Le syndrome du nid vide

C’est un si beau matin, la famille est réunie au petit-déjeuner. Tout se passe bien, et puis ce choc annoncé. Vous ne l’avez pas vu arriver. Le petit dernier vous annonce tout de go qu’il va quitter le domicile. Pour vous, la mère de famille à la cinquantaine bien conservée, l’esprit encore jeune, la nouvelle est rude à encaisser. Vous n’avez pas vu passer les années ou pas voulu accepter le fait de voir vos descendants devenir des adultes.

Ce départ constitue une joie ou un drame selon les cas. Un vide à combler, certainement. Dans plus de 30% des cas, c’est la mère qui encaisse la nouvelle avec le plus de difficultés à gérer cette nouvelle vie après les enfants.

Comment vivre au mieux ce départ ?

Chaque cas est différent, certes, mais la situation sera généralement moins pénible à vivre pour celles qui ont une vie sentimentale épanouie, un emploi du temps bien occupé entre boulot et loisirs actifs. Même constat pour celles qui ont anticipé ce départ en développant une vie en parallèle à la présence d’un enfant.

Le moment venu, son départ sera nettement moins difficile que pour la mère qui a exclusivement articulé sa vie autour de ses enfants. Pour celles, à peine entrées dans la cinquantaine et qui angoissent déjà à l’idée de perdre leur « bébé », il reste encore un espoir : celui d’avoir engendré un Tanguy. Mais avant de vous réjouir à l’idée de garder votre progéniture ad vitam aeternam à la maison, suivez notre conseil : revoyez le film. Vous aurez peut-être l’envie de la voir s’envoler. Et vite. Très vite.

Foin de pensées négatives ! Positivons. Pensez à la liberté retrouvée après le départ des enfants. Plus de temps pour vous, votre couple. Moins de contraintes. Enfin, ce n’est pas un adieu, juste un au revoir. Alors, imitez vos enfants. Et goûtez à cette nouvelle liberté. Sans modération.


© Fiftyandme 2021