Zoom sur la création en destruction de Denis Meyers

Reading Time: < 1 minute

De plus en plus Bruxelles s’affiche comme une ville incubatrice de créations artistiques. Durant Art Brussels, l’artiste urbain Denis Meyers s’est trouvé un terrain de jeu surdimensionné : l’ancien siège de Solvay. Customisation.

Par Raoul Buyle
Photos : Sébastien Alouf

 

Dans la lignée des grandes foires de Bâle, Londres, Miami ou Paris, Art Brussels s’érige en épicentre de l’art contemporain. Une dynamique qui profite à la capitale de l’Europe. Avec la complicité des actuels propriétaires des lieux (Allfin et BPI), Denis Meyers a investi l’ancien siège de la firme Solvay, à Ixelles, laissé en friche, dans l’idée d’en faire une œuvre (“Remember Souvenir”) totale, gigantesque…et éphémère, puisque la destruction et la transformation du bâtiment en appartements a commencé fin mai. L’artiste tournaisien a peint les murs, les portes, les fenêtres, la façade, le toit. Il a rempli les pièces, les couloirs, empilé les mots, déchargé ses souvenirs et fait couler des phrases, des centaines de phrases écrites à la bombe aérosol, conviant même plusieurs de ses amis à participer à l’aventure, dont Jean-Luc Moerman, Arnaud Kool, Steve Locatelli…et sa fille, Joy, 7 ans. Une œuvre insolite !

www.denismeyers.comwww.arkadia.be


Article paru dans le Elle Décoration n°245


© Fiftyandme 2022