paillage

8 bonnes raisons de se mettre au paillage de sol

« Paillez, paillez, paillez ! » : les nouveaux jardiniers n’ont que ce mot-là à la bouche. Remarquez qu’ils n’ont pas tort… car la raison du paillage est toujours la meilleure… pour restreindre les mauvaises herbes, pour conserver l’humidité (et donc arroser moins souvent), enrichir le sol, gagner du temps (et de l’argent!), et bien plus encore !

Le développement du jardinage bio fait peu à peu changer les mentalités dans les plates-bandes, et le paillage est, par exemple, devenue une technique qui rallie de plus en plus de suffrages. Il faut reconnaître qu’elle est pleine de bon sens. Si vous n’êtes pas encore adepte, découvrez les bonnes raisons d’y recourir. Il y en aura bien une ou deux parmi elles pour vous tenter…

Conserver l’humidité

Disposer cinq à dix centimètres de paillis au pied des plantes permet de limiter l’évaporation de l’eau du sol. Vous pouvez, du coup, espacer les arrosages, car l’eau reste disponible plus longtemps pour les racines. Elle s’enfonce aussi plus loin dans le sol, ce qui favorise l’enracinement profond de vos plantes. Celles-ci sont alors plus aptes à résister naturellement à la sécheresse, aux ravageurs et aux maladies.

Restreindre les mauvaises herbes

Dès lors qu’il est suffisamment épais, le paillis entrave le développement des adventices. Pour être précis, il n’empêche pas de pousser les herbes, graines et rhizomes présents sous sa surface, mais il va en revanche interdire à toute nouvelle graine de se déposer au sol et de germer. D’où l’importance d’un désherbage minutieux avant la pose. Si, par la suite, quelques interventions peuvent être nécessaires, elles sont légères et pourront facilement être exécutées à la main, sans outil.

Protéger les sols

Dans la nature, les sols nus n’existent pas. Ils sont soit recouverts de végétal comme dans une prairie, soit matelassés de matières organiques comme dans une forêt. Dans une terre laissée à la merci des intempéries, les éléments nutritifs sont facilement lessivés. Le sol s’abîme, s’érode et se tasse, jusqu’à former une croûte compacte qui gêne la pénétration de l’eau.

Développer la pédofaune

Le dépôt de matières organiques en surface d’un sol déclenche l’arrivée opportune de la pédofaune. Vers de terre, bactéries, champignons ou insectes, tous vont jouer un rôle prépondérant dans la décomposition. Cette chaîne vivante et complexe qui se met en place est appelée « réseau trophique ». Elle est à l’origine de la création de l’humus et de la mise à disposition de la nourriture pour les plantes.

Enrichir et améliorer le sol

Sous l’action de la pédofaune, les déchets de tonte disparaissent en quelques semaines et les écorces ou les broyats en plusieurs mois. Dans tous les cas, la décomposition va créer l’humus qui permettra le stockage des éléments nutritifs et leur libération à destination des plantes au fur et à mesure de leurs besoins. De plus, le sol se structure et s’aère naturellement.

Recycler les déchets verts

Avec le paillage, tout peut être recyclé, que ce soit les tontes, les feuilles mortes, les résidus de tailles de haies broyés avec la tondeuse ou ceux de grosses branches avec un broyeur. Le jardinier qui se convertit au paillis transforme du jour au lendemain des déchets inutiles en ressources de valeur. Là où il s’échinait à brûler ou à évacuer péniblement les premiers vers la déchetterie, il aura dès lors tendance à manquer cruellement des secondes.

Gagner du temps

Le travail que nécessite la mise en place du paillis est largement compensé par celui qu’il économise par la suite : plus de désherbage, plus de binage, plus de labourage et beaucoup moins d’arrosage.

Économiser de l’argent

La présence d’un paillis engendre d’importantes économies d’eau. Si ce substrat devient permanent, le travail du sol et l’apport d’engrais s’avéreront à la longue inutiles. Vous ferez ainsi l’économie du motoculteur, des engrais et de beaucoup de sueur. On glisse alors le pied dans la porte qui ouvre vers la permaculture. Mais ça, c’est une autre histoire…

Pailler autour de ses plantes est aussi bénéfique pour les végétaux que pour le jardinier qui économisera bien des forces.

Vous aimerez aussi : Les bons gestes pour entretenir ses rosiers