requiem

Le Requiem de Mozart à la Monnaie de Bruxelles

Les amoureux de l’œuvre de Mozart seront à la fête ce printemps. La Monnaie propose le fameux Requiem, cette messe des morts qui nous rappelle notre destin. Des représentations dédiées aux victimes ukrainiennes de la barbarie.

Reading Time: 2 minutes

Avec les deux années de pandémie et le conflit ukrainien, tout est réuni pour nous pousser à nous interroger sur l’état du monde. Et (re)découvrir ce magnifique Requiem de Mozart. Un classique de la musique sacrée qui nous invite, lui aussi , à repenser la place de l’homme sur Terre : « un primate ravageur au sommet de la chaîne alimentaire ». Une œuvre qui sera jouée à la Monnaie ce printemps 2022. Une œuvre écrite par un Mozart, mais qui n’a pas eu le temps de la finir avant son décès survenu le 5 décembre 1791. Une œuvre qui se redécouvre, en laissant de côté les théories complotistes qu’elle véhicule.

Une mise en scène joyeuse

Avec une œuvre telle que le Requiem de Mozart, loin d’être la plus positive, chacun pouvait s’attendre à une mise en scène sombre et pesante. Tout le contraire du concept développé par Romeo Castellucci, à qui l’on doit aussi la mise en scène de Jeanne d’Arc au bûcher. De cette œuvre inachevée, le metteur en scène a décidé d’en faire un spectacle qui ne célèbre pas la mort. Mais qui, au contraire, révèle toute la beauté de la vie passée par le prisme de la fin inéluctable qui attend toutes choses. La célébration de la vie sous toutes ses formes. Un spectacle qui ne manquera pas de surprendre. De questionner le spectateur, aux prises avec la mort au quotidien et bien souvent difficile à admettre. Contrairement à Mozart qui s’en était fait, sinon une amie, du moins une compagne. Dans une lettre adressée à son père, W.A. Mozart n’avait-il pas écrit ceci  : « comme la mort est l’ultime étape de notre vie, je me suis familiarisé depuis quelques années avec ce véritable et meilleur ami de l’homme. »
Dans ce spectacle, ce sont les perdants qui écrivent l’histoire. Nous, les humains. Qui perdront à la fin, face à la Faucheuse.

Un spectacle prometteur, présenté dans ce merveilleux écrin bruxellois qu’est la Monnaie.

Un casting idéal pour ce Requiem

Outre le plaisir de revoir pour la sixième fois le metteur en scène italien à la Monnaie, ce Requiem offre au public la possibilité de savourer la maîtrise des musiciens présents. Et non des moindres, comme le chef d’orchestre français Raphaël Pichon. Nouveau venu à la Monnaie mais spécialiste reconnu de l’œuvre de Mozart.
Une musique sacrée parfaitement adaptée au talent du ténor italien Anicio Zorzi Giustiniani, bien connu du public bruxellois, notamment pour son rôle d’Ernesto tenu dans l’opéra Don Pasquale joué en 2018 à Bruxelles. Familière elle aussi de la Monnaie, la soprano française Sandrine Piau sera au casting, tout comme Sara Mingardo, qui se chargera de la partie alto. Enfin, Luca Tittoto, lui aussi familier de la scène bruxelloise, se chargera des solos pour basse.

Infos : La Monnaie. 29 et 30 avril 2022. 3,5,6,8,10,11, 13 et 14 mai. Infos et achats des billets : 032 (0)22291211


© Fiftyandme 2022