orbiting

L’orbiting, ou l’art de vous épier en mode 2.0

Une nouvelle tendance prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux : l’orbiting. Un comportement au sale goût de Big Brother. En serez-vous victime ? Explications.

Reading Time: 2 minutes

Dans la vie amoureuse, les réseaux sociaux peuvent être un allié précieux pour le dating. Mais aussi un support idéal pour qui cherche à vous nuire. En témoigne cette pratique qui prend de l’ampleur et qui vise davantage les femmes : l’orbiting. Mais de quoi s’agit-il ?

L’orbiting, une garde à vue numérique

Sous cet anglicisme, un de plus, se cache un comportement relationnel basé sur la présence sur les réseaux sociaux. Votre ex continue de suivre vos profils créés (Instagram, Facebook, Twitter etc), de liker certaines de vos publications mais sans prendre contact avec vous. D’où l’expression orbiting. Qui rappelle la course d’un satellite effectuée autour d’une planète mais sans tenter le contact. Pour l’initiateur de l’orbiting, il s’agit surtout de continuer à garder un œil sur votre vie, de vous garder sous le coude en quelque sorte. Quitte à tenter de renouer un contact avec vous si l’occasion et l’envie se présentent. Un peu dans le style du cookie jarring, détaillé dans une chronique précédente. Une pratique douteuse qui suit généralement un autre comportement tout aussi lâche : le ghosting. Qui consiste à larguer quelqu’un en faisant le mort. Une pratique elle aussi en augmentation.

Des effets néfastes

Pour la femme qui vient de subir une séparation, parfois brutale, la situation se montre déjà pénible à vivre. L’orbiting, quand il est découvert, aggrave encore la situation. Avec de l’angoisse, de l’énervement à voir un ex continuer à rôder, même virtuellement. « Un comportement qui empêche bien souvent d’effectuer le deuil d’une relation et de tourner la page. Le défi pour la victime de ce comportement consiste à éviter de surréagir, ce qui apporterait de la frustration de votre côté, et une certaine jouissance auprès de votre ex » explique Claudia Scholl, sexologue. « Dans certains cas, l’orbiting peut aussi faire office de bouteille lancée à la mer par votre ex. Il ne sait comment revenir en arrière et en signalant sa présence dans votre environnement numérique, il cherche à renouer avec vous. Maladroitement, certes. La réponse à lui apporter dépendra de vous » ajoute Claudia Scholl.

Comment réagir ?

Si vous avez l’impression (souvent confirmée) d’être victime d’orbiting, le premier réflexe consiste à éviter d’entrer dans le jeu de votre ex-partenaire. Qui cherche probablement à vous énerver, à vous faire réagir. Ne pas réagir lui montrera l’inutilité de poursuivre son comportement. Si l’orbiting devient de plus en plus étouffant, il reste la solution ultime pour vous débarrasser de lui (d’elle) : le blocage de son profil en ligne. Même s’il reste le risque du faux profil créé pour poursuivre votre surveillance. Si votre ex-partenaire est néophyte sur les réseaux, il se peut que l’orbiting soit réalisé de façon inconsciente. Il vous suit, certes, mais sans autre intention que la curiosité. Un message envoyé devrait suffire à lui signifier que vous savez qu’il vous suit.


© Fiftyandme 2022