stress

Les réseaux sociaux : un nouveau facteur de stress pour les internautes de 55 ans et plus ?

Une étude nationale réalisée auprès de 1000 Belges démontre que les réseaux sociaux sont un nouveau facteur de stress pour les personnes âgées de 55 ans et plus. Ce phénomène de société porte un nom : le FOMO (Fear Of Missing Out*- soit la peur de rater quelque chose!), qui entre dans la lignée du YOLO* (You Only Live Once*). Traduction ? La moitié des Belges s’imposent une pression supplémentaire par « devoir » de profiter au maximum de leur vie…

Selon une enquête nationale sur le stress*, une utilisation très fréquente des réseaux sociaux va de pair avec la jalousie, le FOMO (ou la peur de rater quelque chose) et le sentiment de devoir se montrer sous un meilleur jour. Dans la vraie vie, cela s’exprime par un taux de stress élevé. En effet, 1 Belge sur 5 considère la pression sociale liée au maintien des contacts avec leurs amis comme une des principales sources de stress. Et ce sont surtout les milléniaux (22%) et les plus de 55 ans (26%) qui en souffrent.

Les réseaux sociaux accentuent le sentiment « FOMO » du Belge

30% des Belges interrogés affirment que les réseaux sociaux leur donnent l’impression de manquer des (grands) moments. Il arrive même à un Belge sur quatre d’être jaloux de ce que les autres postent sur Facebook ou sur Instagram. Et une personne sur cinq estime devoir se présenter sur les réseaux sociaux sous un jour meilleur que la réalité ne le laisse paraître. Il n’est dès lors pas surprenant que la moitié des Belges qui utilisent les réseaux sociaux affirment qu’ils ne les rendent pas vraiment heureux…

La solution ? S’initier aux joies du JOMO (Joy of Missing Out), qui consiste – entre autre – à déconnecter… en s’octroyant ici et là une soirée canapé ou une journée farniente, loin du regard des autres !

*réalisée par Omnivit en automne 2018

(Visited 1 times, 1 visits today)