investissement durable

L’investissement durable : comment s’y prendre ?

Le respect de l’environnement et des droits sociaux. Un cheval de bataille bien présent dans la société… et qui prend aussi de l’ampleur dans le monde de la finance. Encore minoritaire, l’investissement durable progresse. Mais qu’en est-il ? Et comment s’y prendre ?

Reading Time: 3 minutes

A l’instar des jeunes qui défilent dans les rues pour la planète, de plus en plus d’investisseurs veulent faire bouger les lignes. Par la prise de conscience que leurs placements ne peuvent plus être axés uniquement sur les rendements. Il n’est plus question pour eux de ne pas savoir dans quoi sont placées les sommes investies. D’où le succès grandissant de ce que l’on nomme dans le jargon économique les ISR, pour Investissements Socialement Responsables. Contrairement aux investissements classiques, les ISR ne répondent plus uniquement aux critères financiers mais également à des préoccupations à la fois sociales, éthiques et environnementales.

Pourquoi s’intéresser aux ISR ?

Un nouveau monde est en marche, avec des défis à relever quant au respect de l’environnement et des droits sociaux. De nombreuses entreprises mènent désormais une politique durable engagée sur le long terme. Pour attirer les investisseurs à la recherche de placements en adéquation avec leur manière de vivre et de penser. Les capitaux récoltés, bienvenus, leur permettent de renforcer leur politique environnementale.

De son côté, l’investisseur a le choix. Il préférera peut-être une société qui pollue peu ou une autre qui mise sur le bien-être de ses employés. Mais quant avoir la certitude de miser sur un investissement éthique à 100%, cela reste encore illusoire. Comme le souligne Etienne de Callataÿ, chief economist au sein d’Orcadia Asset Management : « la perfection n’existe pas. Une entreprise a toujours le loisir de s’améliorer dans le côté responsable de sa gestion. »

Comment s’y retrouver dans les fonds ?

 

Comme pour tout autre placement, investir dans les ISR ne se fait pas sans une préparation et des conseils de professionnels. La consultation de plusieurs sites belges vous sera d’une aide précieuse. Comme celui-ci, très étoffé et documenté : https://www.towardssustainability.be/fr (disponible ici en néerlandais (https://www.towardssustainability.be/nl) Il permet de découvrir la liste des produits financiers qui ont obtenu un label de reconnaissance. A partir de la liste, vous choisissez en quelques clics le promoteur souhaité puis les fonds qui correspondent à votre attente. La plus-value du site réside dans la sélection qui a déjà été effectuée par les professionnels mais aussi dans la fiche signalétique très détaillée, présentée pour chacun des produits. Une sélection opérée sur base de critères d’exclusion, comme les sociétés d’armement, celles trop polluantes ou qui ne respectent pas les droits de l’homme. A contrario, d’autres labels ont été octroyés aux sociétés sur base de critères positifs. Autre source à ne pas négliger, les sites des grandes banques belges. Elles disposent toutes de spécialistes à consulter et qui établiront votre profil d’investisseur.

A quoi faire attention lors d’un investissement durable ?

Premier critère à respecter : la diversification de vos placements. Le second, choisir un gestionnaire qui respecte lui aussi les critères éthiques et responsables. Ne vous contentez pas du mot responsable présent dans la méthodologie de placement qui vous sera expliquée. Comparez les offres présentées par les gestionnaires reconnus sur le marché.
Quant aux risques, certes réels, ils sont jugés moindres que pour un investissement classique. « Ces entreprises qui se montrent soucieuses du respect de l’environnement et d’une bonne gouvernance ainsi que des droits de leurs employés se révèlent moins exposées aux risques de fraude, d’une pollution ou d’un drame social » souligne ainsi Etienne de Callataÿ.

Quid des rendements ?

Soucieux d’investir de façon responsable, l’investisseur peut avoir tendance à s’inquiéter en ce qui concerne le rendement. Une attitude qui pousse encore certains investisseurs à se montrer frileux face aux ISRD. Une hésitation sans base réelle selon les avis quasi unanimes des spécialistes qui mettent en avant la stabilité du rendement à long terme. « Avec l’historique relatif aux ISR dont nous disposons, les études réalisées convergent pour affirmer que l’investissement responsable conduit à une meilleure performance du portefeuille de l’investisseur » rassure Etienne de Callataÿ.

D’un placement en ISR, que faut-il retenir ? Simplement que les principes de base restent identiques aux placements ordinaires : bien s’informer sur les contraintes des placements choisis, les rendements proposés et les risques potentiels. Du bon sens en fait.
A une époque où les investisseurs recherchent de nouvelles niches, miser sur celle du développement durable n’est pas à négliger. Pour devenir vous aussi acteur du changement.