Élixirs de bien-être

Publié le

Reading Time: 5 minutes

Entre effluves d’air du temps qui mènent notre société par le bout du nez et notes intimes qui nous reconnectent à des souvenirs in utero, le parfum se révèle un outil précieux pour développer sa confiance, son aura, pour mettre l’accent sur sa compétence, son dynamisme au travail, pour (re)séduire. Conseils facettés de la créatrice du concept de Stylisme olfactif®, Olga Alexandre.

 par Isabelle Blandiaux

life-magazine
Un jardin – celui de notre enfance ou celui qui fleurit dans notre imaginaire dès que le printemps revient, couvert de rosée, planté d’arbres fruitiers. Voire une forêt toute en effluves boisés, un potager où poussent, sur un lit de notes vertes, une rhubarbe croquante, des herbes aromatiques en pagaille… A moins que ce ne soit un voyage qui emmène le nez vers des sillages mystérieux comme celui de l’oud, ce bois sacré protecteur du mauvais œil et du diable dans les pays arabes. Ou un voyage dans le temps qui nous reconnecterait à nos racines, à la rencontre de l’ancestral accord chypré, composé de mousse de chêne, d’accents ‘sous-bois’, poudrés, poussiéreux…

Tous ces parfums qui nous flattent les narines en ce printemps sont des signes de notre époque et de l’inconscient collectif. « Nos préoccupations sont de plus en plus écologiques, donc nous apprécions des senteurs qui nous rapprochent de la terre, de la nature », analyse Olga Alexandre, docteur en neuropsychiatrie et biochimiste ‘cosmétologie parfumerie’. « Un nouvel ingrédient venu d’ailleurs et qui amène une touche d’exotisme peut aussi déclencher une mode comme ce fut le cas pour l’oud il y a peu et le patchouli dans les années 70.

De manière générale, plus une société va mal et plus les odeurs aimées sont sucrées pour compenser le mal-être. Un réflexe qui reproduit la consolation par le bonbon durant l’enfance, le réconfort par l’alimentaire. Les jus fruités gourmands sont très présents actuellement, d’autant que nous aimons tous les fruits et que le but de la parfumerie commerciale reste de plaire au plus grand nombre. Le retour des colognes l’an dernier peut traduire un élan vers une vivacité, un dynamisme, celui des parfums boisés actuellement, le besoin de se réancrer bien droit sur ses fondations, celui des chyprés l’envie de se rassurer dans un cocon enveloppant. »

A chacun sa bibliothèque d’odeurs

life-magazineSi l’air que nous respirons porte les accords de certaines aspirations communes à l’échelle sociétale, notre sens olfactif est avant tout facetté par notre histoire personnelle et intime dès les premiers moments de vie, dans le ventre de notre mère. « L’odorat est complexe et extraordinaire. C’est le premier sens activé chez les nouveau-nés après l’accouchement : le bébé sait sentir grâce à la bibliothèque olfactive qu’il se crée à partir du goût dès le 5e mois in utero. Dans beaucoup de cas, on aime ou on n’aime pas une odeur mais on ne sait pas pourquoi. Ce n’est pas relié à un souvenir conscient mais souvent à un souvenir de la toute petite enfance ou de la vie fœtale ».

Partant de ce constat, encouragée par la puissance et la rapidité avec lesquelles les fragrances nous pénètrent au plus profond via le cerveau reptilien qui gère les émotions et les souvenirs sans passer par l’intellect, Olga Alexandre a mis au point une méthode de développement personnel en séances individuelles, en plus des ateliers qu’elle anime en groupe sur des thèmes tels que ‘Le parfum de votre personnalité’, ‘Parfum et séduction’ ou ‘Le goût du parfum’. « J’ai remarqué plusieurs fois que les personnes étaient profondément touchées au cours des ateliers, parfois en larmes. Une odeur peut réveiller des traumas enfouis. Comme je suis docteur en neuropsychiatrie et biochimiste ‘cosmétologie parfumerie’, j’ai pu réagir de manière opportune dans ces situations-là. Et cela m’a amenée à proposer le concept de Stylisme olfactif® depuis deux ans. Cela commence par une discussion, on va vers la profondeur de vie de chacun : l’enfance, les relations avec les parents, les grands-parents… Et on voit quelles senteurs sont associées à certains moments ou certaines personnes ».