photo parfums ysl

Ces nouveaux parfums qui éveillent les sens

Publié le

Reading Time: 5 minutes

Les Correspondances chères à Baudelaire inspirent plus que jamais les parfumeurs qui partent de leur sens du toucher et de leurs émotions visuelles pour créer des fragrances hautes en textures, couleurs, atmosphères. La preuve par la collection de jus ton sur ton avec des étoffes et vêtements emblématiques du vestiaire Yves Saint Laurent et par une gamme d’essences nocturnes chez Annick Goutal.

Par Isabelle Blandiaux

Parfums tactiles

Les matières. L’éclat. Les notes. Tellement insaisissable qu’on doit emprunter des mots aux registres lexicaux des autres sens – toucher, vue, ouïe – pour tenter de l’appréhender sans jamais arriver à l’enfermer dans le langage, l’olfaction se nourrit de métaphores et d’associations d’idées. Lorsqu’elle a relevé le défi de composer la version olfactive du smoking Saint Laurent (Tuxedo), la parfumeuse Juliette Karagueuzoglou (IFF, International Flavours and Fragrances) a voulu s’inscrire dans la même démarche que le couturier dans les années 60 : « Cette pièce iconique a changé la vie des femmes. Il a gardé les codes du vêtement masculin : la couleur noire, le tissu mat et le revers satin brillant, le galon… J’ai travaillé avec ces codes et le côté élancé parce que le tuxedo donne beaucoup d’allure dans la longueur. Cela m’a donné envie d’utiliser un ingrédient majeur, le patchouli, à la fois masculin et féminin, qu’on sent de la tête au fond, qui donne de la verticalité dans la structure. C’est aussi une de mes matières préférées. Le mat, le satin, le noir m’évoquent le patchouli. J’ai plus précisément opté pour un coeur de patchouli, nettoyé des notes camphrées de tête, pour éviter le côté aromatique très masculin et rester sur le fil entre les deux genres. Des épices, poivre et coriandre, ajoutent de la lumière en tête, comme le revers en satin. Pour rendre le noir plus profond et sexy, un accord cuiré doux est balancé par un absolu de rose de Turquie, symbole féminin. »

Également dans ce luxueux Vestiaire androgyne, un Caban où dominent le poivre rose et la fève tonka, dessiné par Carlos Benaïm (IFF), une Saharienne au sillage néroli – muscs blancs, esquissée par Alberto Morillas (Firmenich), un Trench tout en agrumes et iris selon Amandine Clerc-Marie (Firmenich), et un Caftan envoûtant par son encens et son benjoin, assemblé par Calice Becker (Givaudan).

Tous ces nez sont partis de leur propre émotion visuelle et tactile face à un habit. « On n’a pas le même vécu et la même culture puisque des parfumeurs originaires du monde entier ont participé au projet. On fonctionne donc par ressenti. On a un langage dans les odeurs et on arrive à imaginer comment exprimer le toucher par l’olfaction. Mais ce n’est pas un processus conscient. Quand je dis que le patchouli m’évoque la longueur, cela m’est personnel. Pour Caban, le côté très voluptueux du santal, cela me semble évident à moi aussi, parce que je le ressens comme Carlos. C’est lié à la façon dont on vit et à ce qu’on apprend tous les jours. A comment on ressent le monde. Ce métier est formidable : on s’améliore en vieillissant parce qu’on maîtrise mieux la technique, donc on est plus libre. »

photo juliette nez ysl

Une Collection de Nuit arrive aussi en Belgique, focalisée sur des matières fétiches de Saint Laurent : le cuir, le vinyle et le velours. Et de matières, c’est bien de cela qu’il est question dans ces jus précieux. « Quand on développe des parfums ‘niche’ comme ceux-ci, on ne doit pas toucher des millions de personnes, on peut être plus percutants, originaux. D’autant que certains consommateurs n’aiment plus aucune fragrance, les trouvent trop formatées. Et on a plus d’argent pour travailler, on peut dérouler l’histoire des matières premières, on en a beaucoup à disposition et on peut en mettre davantage. Les ingrédients naturels amènent de la complexité et de la signature. » Le retour du naturel constitue une importante tendance de fond selon Juliette Karagueuzoglou. « Il y a un gros questionnement sur la qualité et ce qu’on met dans les parfums. Les gens sont en demande de traçabilité concernant les matières utilisées. »

Cliquez-ici pour découvrir notre shopping parfum