je ne suis pas une potiche

« Je ne suis pas une potiche » : l’art qui s’engage pour les femmes

Il n’y a pas que le 8 mars que la collection de porcelaines de Dominique Degueldre fait parler d’elle. Avec ses potiches qu’elle détourne, décline et personnifie, l’artiste fait passer un message fort. Plusieurs personnalités se sont d’ailleurs reconnues dans ce manifeste et se sont “ralliées” à sa cause.

Reading Time: 2 minutes

#jenesuispasunepotiche : L’art prend la parole

C’est un manifeste que Dominique Degueldre a créé fin 2017 pour le respect et l’égalité homme/femme. Des oeuvres pour mettre en valeur la femme indépendante, influente, puissante et féminine. Avec un clin d’œil évident à René Magritte, « Je ne suis pas une potiche » est né de cette volonté de voir un jour une société où le respect de la femme et son droit à être femme sont de mise.

C’est sur la porcelaine de Limoges (d’appellation contrôlée) que l’artiste jette son dévolu pour ses créations aux titres évocateurs. Aujourd’hui, on parle d’elle à Bruxelles, à Paris, à New-York et au Japon. De sa version basique non numérotée et plus abordable, à la version personnalisée ou la version dorée, elles font fureur aux 4 coins du monde.

Dans le dictionnaire, le mot “potiche” à deux définitions :

“On compare les gens à des objets. Mon combat, c’est que les femmes ne sont pas juste décoratives. Elles ont quelque chose à dire. J’avais envie de leur dire : Osez, exprimez-vous, créez ! Mon travail est avant tout un symbole qui crie avec humour : “Je ne suis pas un objet, je suis un sujet”. Pour moi, ma potiche c’est une personne.”nous explique Dominique Degueldre.

Envie d’en savoir plus sur son univers et son combat artistique ? Dominique Degueldre prendra la parole sur BXFM (104.3) ce 8 mars à 10h45.

 

 

copyright : Romy Tembuyser

www.jenesuispasunepotiche.be


© Fiftyandme 2021