belges à l'étranger

Ces Belges à l’étranger qui s’épanouissent dans une nouvelle aventure

De tous les peuples de la Gaule, les Belges ne sont-il pas les braves ? Animés par un esprit d’aventuriers, nos compatriotes ne reculent devant rien pour s’accomplir. Mais que font les Belges à l’étranger qu’ils nous pourraient faire chez nous ? Fifty&Me vous dresse le portrait de quelques audacieux qui se sont taillés le job de leur rêve loin du plat pays…

Reading Time: 2 minutes

Dominique fait le tour du monde sur un voilier Star Clippers

Star Clippers a recruté Dominique Rollin en 1999. Depuis lors, il navigue sur les mers et les océans du monde entier. En plus de relevé un défi professionnel en devenant capitaine, il a également rencontré sa future femme à bord du Royal Clipper en 2015. Anita, d’origine allemande, y était employée comme gérante d’hôtel. Aujourd’hui, ils naviguent presque toujours ensemble. “Vivre en couple à bord permet une excellente collaboration”, se réjouit Dominique.

Une châtelaine belge dans la Vallée du Loir

Dans une charmante petite ville baptisée Le Lude se trouve l’un des plus beaux châteaux de la Vallée du Loir. La comtesse belge Barbara de Nicolaï en est la châtelaine. Cette passionnée de jardins accueille avec grand plaisir les visiteurs et les emmène découvrir la roseraie, le labyrinthe ou son potager personnel. Les impressionnantes cuisines du château sont régulièrement le théâtre de démonstrations culinaires avec les fruits et légumes cultivés sur place. C’est auprès de sa mère, la comtesse d’Ursel du Château de Hex dans la commune limbourgeoise de Heers, que la comtesse Nicolaï a puisé son inspiration.

Une Anversoise à la tête du plus beau golf des Caraïbes

Jane Westraete a passé ses jeunes années sur les terrains de golf de la province d’Anvers. Jusqu’à ce qu’elle décide de s’envoler pour l’île de Curaçao. « Travailler pendant un an sur une île exotique et lancer un nouveau terrain de golf me tentaient assez bien. J’ai peine à croire que 9 années se sont déjà écoulées. » L’ambiance antillaise et la douceur du climat n’y sont certainement pas étrangères. « Je fais quand même un saut en Belgique une ou deux fois par an, pour passer du temps avec ma famille qui me manque beaucoup. »

 

Un brasseur belge à La Palma

En 2006, Gino de Reuwe s’est définitivement installé à La Palma. Trois ans plus tard, avec sa compagne Jolanta, il s’est lancé dans le brassage dans la commune de Tijarafe. Après un démarrage à petite échelle, son entreprise est rapidement devenue une brasserie à part entière, qui produit une bière artisanale de qualité. La Palma est surnommée « l’île verte » pour ses nombreuses ressources en eau. Et qui dit bière dit eau, nécessaire en grandes quantités pour le brassage. La Brasserie baptisée Cerveceria Isla Verde est loin d’avoir usurpé son nom…

Isla Verde


© Fiftyandme 2021