Une femme aux commandes

Reading Time: 2 minutes

Chez Puilaetco-Dewaay Private Bankers, une vieille maison bruxelloise qui a grandi au fil du temps, a changé de mains mais a réussi à conserver une identité propre, on veut garder le cap, maintenir les valeurs, mais on souhaite aussi dépoussiérer l’image de la banque privée. C’est d’ailleurs une femme qui est aux commandes, ce qui est plutôt rare dans un monde où reste majoritaire le costume-cravate. Sabine Caudron a ainsi endossé les plus hautes responsabilités en devenant récemment « administrateur délégué » de Puilaetco Dewaay.  

Par Patrick Van Campenhout

sabine caudron

Quels services haut de gamme offre la banque à ses clients ? 

Nous mettons à la disposition de nos clients une équipe de juristes et fiscalistes pour les aider à mettre en place une planification de leur patrimoine qui soit judicieuse et optimale sur le plan fiscal. Nous leur proposons également des crédits patrimoniaux sur mesure à des conditions favorables pour financer leurs projets, comme l’achat d’une résidence secondaire, d’un yacht, d’une œuvre d’art, sans devoir entamer leur patrimoine financier. Puilaetco Dewaay offre également des conseils professionnels et objectifs en art.

Faut-il se distinguer dans ce secteur pour attirer la clientèle ? Vos caractéristiques ? 

Oui, nous avons la chance de faire partie d’un groupe européen de banques privées de premier plan (KBL epb), solide sur le plan financier et spécialisé, à la différence de nombreux de nos concurrents, dans un seul métier : la banque privée. La preuve : KBL vient de revendre sa participation dans la compagnie d’assurances Vitis Life, le dernier actif qui ne faisait pas partie de son cœur de métier. En outre, les clients de Puilaetco Dewaay bénéficient de l’expertise d’un grand groupe en matière de stratégie d’investissement, laquelle est toutefois déclinée localement.

Avec le récent rachat d’UBS Belgium et notre offre élargie de services, nous pouvons encore mieux répondre aux demandes et aux besoins de nos clients, que ce soit en gestion discrétionnaire ou en gestion conseil. Notre département spécialisé dans le conseil en art et notre gestion durable via le partenariat exclusif que nous avons sur le marché belge avec la Banque Triodos constituent également une valeur ajoutée pour nos clients qui nous permet de nous distinguer.

Votre part de marché ? 

Plutôt que parler de parts de marché, il est plus pertinent de parler de notre position dans le classement des banques privées spécialisées. Grâce au rachat d’UBS Belgium, Puilaetco Dewaay s’est hissé dans le Top 3 des banques privées « pure players » en Belgique (derrière Degroof-Petercam en cours de fusion et Banque Delen) avec plus de 10 milliards d’actifs sous gestion et plus de 10.000 clients.

Le marché de l’art en tant que diversification offre-t-il un rendement sûr et à quelle échéance ? 

Il est difficile d’investir dans l’art. Chez Puilaetco Dewaay, on ne le conseille pas pour faire de la spéculation. Le marché de l’art est un marché assez volatil à cause des effets de mode. On peut bien sûr investir dans certains domaines et certains artistes en « bon père de famille ». Mais ce sont des investissements qu’il faut envisager sur le long terme. Pour éviter précisément ces effets de mode et les pièces de moindre qualité, il faut être bien conseillé.



© Fiftyandme 2021