L’auto-test est-il fiable pour détecter le variant Omicron ?

Alors que l’auto-test entrait dans les moeurs pour ne pas prendre le risque de contaminer nos proches avant les dîners de fêtes, une nouvelle étude américaine nous met en garde sur sa fiabilité face aux nouveaux variants. Cette mesure de prévention qui donne un résultat en quelques minutes seulement est-elle encore utile actuellement ? Quelles sont les probabilités d’un faux négatif ?

 

Reading Time: 2 minutes

L’auto-test permet-il de détecter tous les variants du COVID ?

Les tests antigéniques de dépistage de la COVID-19 sont moins sensibles au variant Omicron qu’aux variants précédents, avertissent les autorités sanitaires américaines. En effet, les auto-tests sont susceptibles d’indiquer un résultat négatif en cas d’infection, alors que vous êtes positif. « Des données préliminaires suggèrent que les tests antigéniques détectent bien le variant Omicron, mais avec une sensibilité réduite », a déclaré dans un communiqué l’Agence américaine des médicaments (FDA). 

Que faire  pour lutter contre les faux négatifs ?

Vendus en pharmacie, ces tests à réaliser soi-même seraient surtout moins fiables le premier jour de l’infection ou lorsque la personne contaminée ne présente pas de symptômes. L’épidémiologiste américain Michael Mina explique sur Twitter : « En fait, l’autotest n’est pas moins fiable, mais le virus est tout simplement plus contagieux. Cela signifie que tous les tests, les antigéniques comme les PCR, auront plus de mal à détecter le virus le jour 1, mais les tests détecteront toujours les jours 2, 3, 4, 5, 6, etc.

« Si une personne est testée négative avec un test antigénique, mais est suspectée d’avoir la COVID-19, par exemple en ayant des symptômes ou une haute probabilité d’infection à cause d’une exposition, un suivi avec un test moléculaire (ou PCR, NDLR) est important », a souligné l’agence FDA.

Auto-test ou PCR ?

Les tests antigéniques détectent les antigènes présents à la surface du virus, tandis que les tests PCR recherchent le matériel génétique du virus. Les premiers étaient déjà moins sensibles que les seconds, rappelle la FDA.

Malgré tout, les tests antigéniques, aussi appelés tests rapides, sont toujours largement promus par les experts, car ils peuvent être réalisés de façon régulière chez soi à moindre coût et ainsi aider à contrôler l’épidémie. Il faut juste savoir qu’un résultat positif est toujours  très fiable, mais qu’un résultat négatif n’exclut jamais complètement que la personne testée soit finalement infectée.

Quels sont les signes qui doivent vous alerter ?

Enfin, prêtez attention aux symptômes. Avec Omikron, on souffre généralement moins de la perte d’odorat et de goût. La moitié des personnes infectées n’n’a pas non plus de fièvre ni de toux. Il s’installe d’avantage comme un  rhume, avec écoulement nasal,  mal de gorge et maux de tête.

De plus en plus populaires, ces kits de tests à domicile sont récemment venus à manquer avec la très forte hausse des contaminations liées à Omicron et avec les fêtes de fin d’année… Pensez-donc à vous constituer un petit stock de réserve.


© Fiftyandme 2022