perte de l'odorat

Comment soigner la perte de l’odorat ?

Parmi les symptômes liés à la Covid, beaucoup de malades déclarent une perte d’odorat. Pour retrouver leurs sensations olfactives, les huiles essentielles sont présentées par les médecins comme une aide efficace. Qu’en est-il ?

Reading Time: 2 minutes

Des huiles essentielles pour contrer l’anosmie

Ce petit café du matin, ce doux parfum d’un plat ou d’une fleur. Autant de saveurs olfactives qui appartiennent au passé pour quelque 80% des patients atteints par la Covid. Pour les aider, les médecins ORL ont de plus en plus recours aux huiles essentielles pour stimuler leurs fonctions olfactives perturbées par la maladie. Une perte de l’odorat dont l’évolution est considérée comme positive au bout de deux semaines à deux mois (pour 85% des cas).

La perte de l’odorat en bref

Intimement liée à la dysgueusie (perte du goût), l’anosmie est un terme abscons sous lequel se cache une perte de l’odorat. Ses causes sont notamment infectieuses, liées au tabagisme ou à des maladies neuro-dégénératives (comme la maladie d’Alzheimer). En cas d’anosmie, le rail olfactif est encombré, bloquant ainsi le passage des molécules odorantes. Une autre explication du phénomène réside dans une altération neuronale du système olfactif.

Un odorat à remettre en action

L’usage de stimuli doit servir d’entraînement quotidien pour retrouver l’odorat. Les huiles choisies pour la rééducation doivent avoir une palette olfactive variée : du sucré, du boisé mais aussi du floral… L’essentiel à retenir est de s’exercer à accroître, jour après jour, son acuité sensorielle.

Cinq huiles à utiliser

  • La menthe poivrée. Particulièrement efficace pour dégager un nez encombré et faciliter la respiration. On considère le menthol comme un excellent neurotonique. Qui permet de stimuler le nerf olfactif.
  • La myrte rouge. Une huile décongestionnante utile pour rendre la cavité nasale plus sensible aux odeurs.
  • La marjolaine à coquilles. Efficace en cas d’infection virale, l’huile s’attaque aux germes pathogènes pour stimuler le retour à un odorat normal.
  • Huile essentielle de citron. En inhalation, elle permet d’offrir une odeur acidulée caractéristique.
  • Huile essentielle de cannelle. Utilisée surtout pour son odeur puissante et épicée très reconnaissable.

Posologie recommandée

Des huiles essentielles à utiliser en inhalation, à diluer dans de l’eau, ou en déposant 5 à 6 gouttes sur un mouchoir à respirer. En bouchant une narine puis l’autre. Une préparation à sentir à l’aveugle, et à élargir ensuite à d’autres d’odeurs. Pour constituer un panel de plus en plus large. Un exercice à renouveler matin et soir durant environ deux à trois mois.

Pour quel public cible ?

De façon générale, les huiles essentielles sont destinées aux adultes et enfants de plus de 6 ans. Néanmoins, un avis médical est nécessaire pour les personnes souffrant de pathologies sévères comme de l’hypertension, des risques cardiovasculaires ou hépatiques…

De même, les huiles sont déconseillées aux jeunes enfants de moins de 6 ans et aux femmes enceintes ou qui allaitent.
Quant aux personnes sensibles aux allergies, un test sur une petite surface (au creux du coude) sera pratiqué avant l’utilisation.