sel fait grossir

Le sel fait grossir (et autres mythes sur le sel)

Ces dernières années, le sel fait l’objet d’une véritable chasse aux sorcières. En plus de nuire à notre corps, il se dit qu’il pourrait menacer notre vie ! Maladies cardiovasculaires, insuffisance rénales,… Le sel a bon dos. Si, trop, c’est trop !, manger de l’ananas tous les jours risque d’être tout aussi nocif pour l’organisme. Et pourquoi n’évoquons-nous jamais que le sel est également nécessaire au bon fonctionnement du corps ? Sans vouloir mettre notre petit grain de sel…

Reading Time: 2 minutes

Quel sel choisir ?

Sel de table, fleur de sel, sel de l’Himalaya, sel fumé, sel bio, sel de mer celtique…  Quelle différence ? Le sel de mer peut contenir plus de minéraux, mais la quantité reste négligeable. Il contient d’ailleurs moins d’iode (recommandé pour le bon fonctionnement de la glande thyroïde) que le sel de table enrichi en iode. Bref, entre le sel fin et le gros sel, il n’y a pratiquement aucune différence de valeur nutritionnelle. Du sel, c’est du sel. Point.

Pourquoi avons-nous besoin de sel ?

Votre corps a besoin de sodium (qui forme du sel avec le chlorure) pour équilibrer la tension artérielle et la balance hydrique. Il est nécessaire pour que les muscles et les cellules nerveuses puissent fonctionner correctement. Vous n’en consommez jamais ? Pas de panique !  Notre alimentation nous en fournit suffisamment : Une tranche de pain : 0,3 gr. Une soupe : 2.3 gr. Une pizza Margarita : 3.2 gr. Sans s’en rendre compte, on arrive rapidement à la quantité quotidienne recommandée, soit 6 grammes de sel par jour. On entend souvent dire qu’il faut consommer plus de sel en été, quand il fait très chaud et qu’on transpire beaucoup… C’est vrai, mais surtout si vous faites beaucoup de sport ou un travail physique. Des carences en sel peuvent survenir, surtout en cas de diarrhée. Un manque de sel peut rapidement entraîner des étourdissements, de l’apathie, des maux de tête, de la confusion et même des crises d’épilepsie.

Trop de sel fait grossir (ou pas !)

Soyons clairs : le sel ne cause pas l’obésité. Cependant, lorsque vous mangez beaucoup d’aliments salés (sans ajouter de sel vous-même), comme des plats cuisinés ou transformés (comme de la charcuterie) ou encore des aliments frits, bien sûr que cela fait grossir ! Mais il n’y a pas de lien direct entre le sel et le surpoids. Par contre, vous pourriez faire de la rétention d’eau… Mais, ça, c’est encore une autre affaire !

Vous urinez 95% du sel que vous mangez

C’est un fait : presque tout ce que vous mangez est absorbé efficacement par votre corps. Votre tension artérielle augmente après avoir mangé des aliments salés ?  Elle redescendra également dès que la salinité de votre corps est revenue à un niveau normal. À condition, bien sûr, que vous ayez habituellement une tension artérielle saine. L’intestin grêle et le gros intestin absorbent le sel tandis que les reins régulent la quantité de sodium dont votre corps a besoin. Environ 95% du sel que vous mangez (ou buvez), vous l’évacuez. Grâce à la transpiration et aux visites aux toilettes, votre corps s’équilibre.

Tous égaux face au sel ?

Dans certains cas, un régime pauvre en sel peut être préconisé. Cela touche surtout les personnes souffrant d’hypertension artérielle chronique. Les personnes en surpoids devraient également limiter leur apport en sel. De plus, avec le temps, les reins évacuent moins bien le sel. C’est vrai : consommer du sel en trop grande quantité peut avoir des répercussions sur la tension artérielle à long terme, ce qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires et de problèmes rénaux… Mais cela dépend également de votre hygiène de vie. Faites-vous du sport ? Buvez-vous beaucoup d’eau tout au long de la journée ? Nous sommes tous différents. L’idéal, c’est de ne pas ajouter du sel systématiquement (et avant même d’avoir goûté !). Choisissez aussi des repas faits maison dans lesquels aucun sel additionnel ne peut se cacher…  C’est la clé pour un juste apport de sel qui fera bon ménage avec votre santé.