Le saviez-vous ?

Reading Time: 2 minutes

Pour un grand nombre de femmes, la période avant la ménopause (et encore davantage celle qui la suit) se traduit par des phases de déprime, d’anxiété, d’irritabilité, de fatigue ou encore par des difficultés de concentration et de mémoire.

Les fluctuations hormonales n’expliquent pas tout. Un cercle vicieux peut s’installer, avec des bouffées de chaleur et des accès de transpiration la nuit qui diminuent la qualité du sommeil et réduisent ainsi l’énergie vitale et la résistance au stress.

life-magazine

La ménopause coïncide parfois avec d’autres bouleversements, comme par exemple la maladie ou le décès d’un parent, le départ des enfants, un travail insatisfaisant ou une vie de couple qui s’endort…

On attribue souvent à la ménopause la cause de tous ces maux, alors que ce sont plutôt les conditions dans lesquelles survient la ménopause qui déterminent si on la vivra plus ou moins bien. Ce stade est également souvent confondu avec l’entrée dans la vieillesse – en oubliant un peu vite que l’on vieillit tous les jours depuis la naissance…
Des aides psychologiques et médicales peuvent favoriser ce passage. Une diminution des bouffées de chaleur et des sueurs peut restaurer un sommeil réparateur et redonner du tonus, alors qu’un traitement hormonal de substitution peut apporter un soulagement. Mais la ménopause n’entraîne pas automatiquement des phases de dépression…

Après tout, cette étape représente aussi la possibilité de se libérer de certaines contraintes comme par exemple celle de la contraception et de profiter plus librement de son temps. Alors bougez, mangez et souriez…


 


© Fiftyandme 2021