Transpiration : des solutions naturelles pour rester au sec

Des auréoles sur les chemises et la sensation d’être en permanence humide, des mains moites, des pieds aux odeurs dérangeantes sont autant de signes d’une transpiration excessive… Découvrez nos solutions naturelles pour rester au sec !

Reading Time: 4 minutes

Transpirer est un phénomène physiologique normal et indispensable qui permet de réguler la température corporelle et d’éliminer les déchets de l’organisme. Contrairement à une croyance répandue, la transpiration est quasi inodore. Ce sont les bactéries qui s’en nourrissent qui la rendent malodorante. Cette dégradation de la sueur par les bactéries s’effectue d’autant mieux que ces glandes sont situées dans les régions axillaires, régions moins ventilées et plus humides.

Les causes d’une transpiration excessive

  • Une forte chaleur, un effort physique important, une consommation excessive de boissons chaudes ou alcoolisées, le stress, l’émotion peuvent déclencher une réaction de transpiration.
  • Certains médicaments provoquent une sueur excessive : les antidépresseurs, certaines hormones, l’aspirine,…
  • La grossesse, la ménopause provoquent une variation de la sueur.
  • Le diabète, la toxicomanie, la dépression, l’obésité sont des maladies provoquant souvent une transpiration excessive.

Le saviez-vous ? Les glandes sudoripares produisent environ un litre de sueur par jour.

Des solutions pour contrôler sa transpiration…

Pour limiter et combattre la transpiration, suivez ces petits conseils …

  • Se doucher quotidiennement en employant un savon doux (il est tout aussi important de bien se sécher !!!). Les poils retenant l’humidité et boostant la prolifération des bactéries, il est conseillé de s’épiler.
  • Privilégier les vêtements larges en fibres naturelles (lin, coton,..) et les changer chaque jour… (Surveiller l’hygiène des pieds en préférant des chaussures en cuir et des chaussettes en coton.)
  • En cas de grosse chaleur, limiter les boissons très chaudes ou au contraire glacées car elles créent des changements de température brutaux qui sont compensés par une sudation plus importante. Éviter aussi le café, les boissons alcoolisées et les aliments épicés, ils augmentent la température interne.

Au rayon des déodorants…

Ils préviennent ou neutralisent les odeurs corporelles sans arrêter la sécrétion de sueur. Ils agissent en détruisant les bactéries à la surface de la peau au niveau des zones axillaires, des mains et des pieds. Ces déodorants classiques conviennent pour masquer une transpiration légère.

Des solutions plus énergiques

Les anti- transpirants réduisent la transpiration et suppriment la sensation d’humidité tout en prévenant l’odeur. Chef des anti-transpirants : les sels d’aluminium qui resserrent le canal sudoral, ce qui ne bloque pas complètement le processus de la transpiration mais le régule de 30 à 60 %, et qui s’attaquent également aux odeurs. Ils seront utilisés pour traiter des transpirations excessives, l’effet antiperspirant est atteint après 2-3 jours d’utilisation. Pour limiter tout risque d’irritation, ils doivent être appliqués sur une peau sèche.

Pouvoir cancérigène de l’aluminium ?

Depuis 1999, des informations mettant en garde contre la prétendue nocivité de déodorants ou d’anti-perspirants circulent. Les auteurs de tels messages affirment que ces soins contiendraient des substances nocives susceptibles de causer un cancer du sein. Au départ, on pointa du doigt le chlorhydrate d’aluminium. Ensuite, ce furent les parabens qui commencèrent à provoquer des inquiétudes. L’explication avancée était la suivante : le corps humain compte quelques endroits où s’évacuent, par le biais de la transpiration, les toxines (le pli des genoux, l’arrière des oreilles, le pli de l’aine et les aisselles).

Les anti-perspirants empêchent la transpiration et par conséquent, l’élimination des toxines par les aisselles. Dès lors, au lieu d’être éliminées, les toxines se déposeraient dans cette zone du corps, à proximité de celle où apparaissent la plupart des cancers du sein !

Les cancers du sein sont situés à distance (5 à 7 cm) de la zone traitée par ces anti-perspirants. En ce qui concerne l’éventuelle accumulation de toxines dans ces ganglions, on ne voit pas comment elle favoriserait un cancer du sein. Le lien cancer du sein-ganglion se passe en sens inverse : c’est au départ d’une tumeur dans le sein que, secondairement, les ganglions peuvent être envahis. Il n’y a donc aucune raison d’incriminer les déodorants dans le développement de tumeurs.

Des solutions médicales

L’ionophorèse est un traitement d’électrothérapie, utilisant un courant de faible intensité. Les séances ont lieu chez un dermatologue ou chez un kiné. C’est un traitement simple sans effets indésirables. L’injection de toxine botulique bloque la sudation au site d’injection après deux ou trois jours. La technique consiste à injecter au niveau de l’aisselle la toxine botulique. L’action persiste durant six mois. La chirurgie est la solution de dernier recours dans le contrôle d’une transpiration excessive.

Mal jugée socialement, la transpiration est une préoccupation majeure pour de nombreuses personnes. Mais les effets de la sueur peuvent être désagréables sur notre corps… la transpiration favorise le développement des verrues, des champignons, des allergies de contact et de l’eczéma… elle doit donc être soignée grâce à toutes ces aides précieuses, efficaces et pratiques.

Crème, stick, spray : Que choisir ?

  • Les crèmes sont idéales pour les anti-transpirants car la présence de corps gras dans le produit limite les irritations et le mode d’application favorise son activité. ils ont aussi l’avantage d’être efficaces sur les mains, sur les pieds, sur les aisselles.
  • Les sticks sont les déodorants les plus appréciés par les hommes. sous forme solide et sèche, ils s’appliquent directement sous les aisselles. La texture délivre en douceur son pouvoir anti-odeur/anti-humidité.
  • Les aérosols, très simples d’utilisation, ont l’avantage de donner une sensation de fraîcheur immédiate.
  • Les roll-on délivrent une émulsion très fraîche qui sèche rapidement. La bille roule sur la peau pour y déposer le déodorant.
  • Les lingettes sont pratiques et efficaces. Leur seul défaut est une durée d’emploi limité.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez également « Bouffées de chaleur et ménopause : que des solutions ! »