Manger equilibre

Manger équilibré, mieux vieillir

Publié le

Reading Time: 5 minutes

Choisir de manger de manière plus équilibrée signifie que l’on se réapproprie la responsabilité de sa santé physique et mentale pour un vieillissement réussi. Manger énergétique, c’est poser un acte gourmand et intelligent pour son bien-être personnel car la santé passe aussi par une assiette colorée, généreuse et variée. Au menu, équilibre, plaisir et convivialité…

Hippocrate, père de la médecine et philosophe grec, peut aussi être considéré comme le père de la diététique car il conseillait déjà une alimentation riche en fruits et en légumes. On croule sous les études qui démontrent qu’une alimentation où légumes et fruits tiennent une place importante, est un grand facteur de protection contre les maladies cardiovasculaires et les cancers. Autant s’en protéger le plus tôt possible !

Rencontre avec Martine Fallon, spécialiste de la cuisine de l’énergie. Elle nous met en appétit. Petit tour de la cuisine…

Martine Fallon, en quoi consiste cette cuisine de l’énergie et quels en sont les bienfaits ?

C’est en fait une toute nouvelle façon d’envisager son assiette. Ce n’est pas un régime, pas de comptage de calories, pas de frustrations, on est dans le plaisir et l’abondance et on y reste tout le temps. C’est une cuisine anti-âge, anti-kilos, anti-déprime, qui vous donne un mental d’acier et une forme à fond les ballons. Elle est super gourmande et facile à faire ; il faut juste décider de sortir de ses zones de confort (souvent très toxiques), décider d’abandonner ses mauvaises habitudes et foncer, au début un peu dans l’inconnu, mais on trouve quand même très vite ses repères, et puis la vie change tellement que cette façon de manger et de considérer sa vie devient comme une addiction. Très vite on ne peut plus s’en passer et on souffre presque lorsqu’on s’offre une sortie de route, toujours à l’ordre du jour quand même…

Les principes :

manger équilibré

  • on mange bio, local et de saison ;
  • on diminue l’apport des céréales (environ 120 gr max par jour), on les choisit sans gluten et le moins acide possible (riz complet ou mi-complet, épeautre ou petit épeautre, millet, quinoa ou sarrasin), on apprend à les faire germer avant cuisson pour profiter des bienfaits et sans qu’elles nous pénalisent. On se réserve le pain pour le jour « sans », le dimanche par exemple. A défaut, on se choisit un épeautre au levain ou on se prépare « at home » un pain de graines ou des galettes esséniennes, c’est si facile quand on a la bonne recette ;
  • on diminue l’apport en protéines animales mais sans les éliminer (environ 120 gr par jour) et on se les choisit de toute première qualité ;
  • on fonce sur le végétal, les légumes, les oléagineux (amandes, noix, cajous…), les légumineuses (toujours germées et en quantités qui doivent rester modérées), au moins 700 gr par jour, c’est là qu’on marquera les grands points vitalité, et sur les fruits que l’on consomme toujours à jeun (pas trop en hiver, plus en été) ;
  • on s’associe les bienfaits des acides gras, très importants, même et surtout si on désire maigrir , les oméga-3 en tête : poissons gras, huiles de lin, chanvre ou noix, pépin de courge, germe de blé, caméline, argan, sésame… Toujours consommer ces huiles crues en préparations froides (mayos, veloutés, caviars, vinaigrettes, tapenades…) ;
  • on mange cuit et chaud en hiver, on s’offre un peu de cru en été, on privilégie les cuissons courtes et douces, vapeur ou à basse température à 85 °C au four ;
  • on cherche les bonnes associations alimentaires : on évite les protéines animales et les céréales au cours du même repas, on préfère les céréales le matin et à midi ;
  • on se cherche une eau calibrée à nos besoins, faible en minéraux, revitalisée et on en boit 1,5 l par jour ;
  • on s’offre les services réguliers d’une bombe énergétique naturelle, comme la gelée royale, le pollen, la spiruline, un extrait fermenté de grenade, de papaye… histoire de recharger ses stocks de vitamines et minéraux et d’avoir toujours de quoi faire face à l’imprévu ;
  • on évite le sucre sous toutes ses formes, l’alcool (sauf un bon vin issu de la biodynamie), le café, le thé noir, les plats industriels, les sodas, les chips ;
  • on consomme très peu de produits laitiers, et uniquement à base de lait cru, si possible à partir de lait de brebis ou de chèvre ;
  • on fait 2 détox par an, histoire de vider les poubelles et de drainer les eaux intérieures.