épigénétique

L’épigénétique au secours du vieillissement

Rencontre avec le scientifique Joël de Rosnay* pour parler d’une science qui révolutionne l’approche du vieillissement.

Reading Time: 4 minutes

Qu’est-ce que l’épigénétique ? 

« En 1942, le généticien, embryologiste et philosophe britannique Conrad Waddington eut une intuition féconde en proposant l’idée que l’expression des gènes pouvait être conditionnée par l’environnement sans que ne soit induite aucune modification de la séquence de l’ADN.

Il créa le terme « épigénétique » pour désigner la discipline vouée à l’étude de l’interaction entre les gènes et leur environnement. Cette action réciproque est à la base de l’apparition du phénotype, l’ensemble des caractères observables d’un individu, taille, couleur des yeux, groupe sanguin, etc., dont on sait qu’il résulte de la combinaison du génotype, c’est-à-dire le patrimoine génétique, et de l’influence exercée par les conditions du milieu ambiant. »

Nos comportements influencent-ils donc l’expression de nos gènes ?

« Les modifications épigénétiques sont surtout le fruit de nos comportements, de nos émotions, de notre mode de vie. Cinq comportements sont déterminants : la nutrition équilibrée, l’exercice régulier, la gestion du stress, le plaisir et l’harmonie des relations humaines, professionnelles ou familiales.

Contrairement aux mutations génétiques, les modifications épigénétiques sont réversibles. Cette propriété est essentielle, car elle nous offre un réel pouvoir d’action. La nature de nos comportements favorisant l’expression de certains gènes plutôt que d’autres, nous pouvons ainsi être les coauteurs de notre santé, de notre qualité de vie, et nous sommes en mesure de ralentir notre vieillissement.

On peut donc faire quelque chose pour soi. Il faut se donner la chance de devenir le chef d’orchestre de son propre corps. »

Quels comportements bannir ?

« Une nutrition trop riche, trop salée, trop sucrée, trop copieuse ; le manque d’exercice, la sédentarité ; le stress permanent ; l’isolement et une vision négative de soi et de son environnement. »

Vous évoquez un ADN sociétal. De quoi s’agit-il ?

« L’ADN sociétal renferme la Constitution d’un pays, ses lois et règlements, les statuts d’une entreprise, son organigramme, ses procédures de production, les règles du jeu d’un sport, etc.

Nous pouvons changer collectivement l’ADN de la société, et des sociétés, si l’on se réfère à l’ADN d’entreprises, d’associations, etc., en agissant sur les mèmes (un élément culturel reconnaissable, répliqué et transmis par l’imitation du comportement d’un individu par d’autres individus, NDLR) qui y sont en vigueur, par une « modulation épimémétique » de leur expression. »

Changer cet ADN aurait-il des effets positifs ?

« Agir sur l’ADN sociétal, principalement à travers l’écosystème numérique, permettrait le passage d’une démocratie représentative à une démocratie participative, dans laquelle les citoyens influeraient directement sur les décisions politiques.

Elle se fonde sur l’analogie entre les mèmes et les gènes, entre la mémétique et la génétique, mais il donne également corps à une notion nouvelle : l’épimémétique, pendant culturel de l’épigénétique. L’épimémétique se fonde sur le comportement collectif des humains.

L’émotion y joue donc un rôle très important. Prenons un exemple : l’indignation suscitée par l’affaire Harvey Weinstein et le harcèlement sexuel en général a incité des dizaines de milliers de femmes dans le monde à rapporter sur Twitter, via le hashtag #MeToo, avoir été harcelées ou agressées sexuellement.

La puissance de cette action collective a été telle que des lois ont été édictées pour protéger les femmes, que de nouvelles pratiques sont entrées en vigueur dans les entreprises, etc. Autrement dit, nous avons assisté à une modification très rapide de l’ADN sociétal.

Les émotions individuelles ou collectives vont tantôt dans le sens du meilleur, mais tantôt aussi dans le sens du pire. Songeons à l’effet ravageur des tweets provocateurs et agressifs de Donald Trump ou au hashtag #BalanceTonPorc, qui s’ouvre largement à la calomnie et au règlement de compte… »

*Il a notamment écrit « La Symphonie du Vivant : comment l épigénétique va changer votre vie » (Editions Les Liens qui libèrent).