Et si vous osiez le rouge à lèvres ?

Publié le

Reading Time: 3 minutes

Se rougir les lèvres est un geste de séduction mais aussi et surtout un remède à la morosité et une affirmation de soi. Certaines femmes ne se l’autorisent pas ou plus après la cinquantaine. Or il n’y a pas d’âge pour (re)commencer à oser… Découvrez nos conseils futés.

Par Isabelle Blandiaux

Mat ou hyper brillant façon vinyle, le rouge foncé ou vif est sur toutes les bouches cet automne-hiver. Mais plus qu’une tendance, le bâton de rouge est une affaire de confiance en soi. La première étape, avant de s’en appliquer avec minutie, consiste donc à assumer. Ou apprendre à assumer. De la même façon qu’on assume une paire de talons ou un vêtement original qui attire les regards.

Cette saison, on trouve beaucoup de textures (semi-)mates qui donnent un look fort mais requièrent une attention plus particulière et des retouches régulières, pour éviter que le maquillage disparaisse au fil des heures sur certaines zones des lèvres uniquement. Les textures brillantes s’estompent de manière plus uniforme en général. Et puis le mat a tendance à affiner les lèvres. À réserver donc aux bouches les plus pulpeuses. Même remarque pour les coloris foncés. Les bordeaux, prunes et rouge noir affluent en automne, avec leur classe magistrale mais comme toutes les couleurs sombres, elles donnent une impression de moindre volume. On peut compenser cette illusion d’optique avec une touche glossy par exemple.

Les rouges et roses affranchis sont une belle alternatives aux tonalités trop affinantes. Elles donnent au passage un sourire éclatant et illuminent le visage lorsque les jours se font plus courts. Un vrai rouge rebooste également le moral, quand on l’assume. Les ventes de rouges à lèvres augmentent d’ailleurs en temps de crise, comme l’a observé le président d’Estée Lauder de l’époque, Leonard Lauder, au lendemain des attentats du 11 septembre (+12% dans les semaines qui ont suivi).

Astuces de pros

une-life-magazinePour galber les lèvres, leur donner luminosité et volume, on applique une touche d’enlumineur juste au- dessus du bord de la lèvre supérieure (arc de cupidon) et une fine ligne sur le contour de la bouche. On estompe ensuite ce trait qui ne doit pas être précis mais juste apporter une touche de lumière en plus et donc une illusion de volume.

On utilise comme base un crayon contour des lèvres, ton sur ton avec le rouge choisi. On commence par tracer le contour à l’intérieur du bord naturel puis on colorie l’intérieur des lèvres. Cela assure plus d’intensité et une meilleure tenue.

On pose le rouge à lèvre de préférence avec un pinceau pour une meilleure adhérence et donc une tenue longue durée.

Après la première couche de rouge, on tapote un peu de poudre libre sur la bouche et on met une deuxième couche de rouge au-dessus.

Si on veut un effet brillant, on ajoute une touche de gloss.

Cette saison, la maison Lancôme vulgarise une technique de maquilleurs professionnels pour créer des effets d’optique plus forts sur les lèvres : le lip art. « Le lip art est inspiré du nail art, donc des ongles-bijoux avec différentes couleurs », explique la make-up artist nationale de la marque, Suana Brahimllari. « Pour les ongles, on est revenu à un maquillage plus soft et on fait un dégradé de couleurs sur les lèvres pour donner une illusion de volume. On choisit un crayon à lèvres dans une nuance similaire et deux rouges à lèvres, un foncé et un clair ou bien un rouge et un gloss. On remplit d’abord les lèvres avec le crayon. On commence ensuite à poser le rouge sur les côtés de la bouche avec le foncé ou le rouge puis on revient à l’intérieur avec le clair ou le gloss. Puisque le foncé affine et que le clair ainsi que le brillant apportent du bombé, on a l’impression que les lèvres sont plus pulpeuses. »

Rouge Allure Ink de Chanel: 35€.
Joli Rouge de Clarins: 25€
Rouge Dior - Au fini mat ou satiné à 38,50€
L’Absolu Rouge de Lancôme: 35€
Vernis à Lèvres Vinyl Cream d’Yves-Saint-Laurent: 36€