diptyque 50 ans nouveauté 1

Les parfums Diptyque soufflent leurs 50 bougies

Cette année, Diptyque fête les 50 ans de sa ligne de parfums… sans rien perdre de sa vivacité inventive ni de son appétit d’inédit ! Fidèle à sa curiosité, son sens du raffinement, son plaisir d’entreprendre, Diptyque célèbre aussi la naissance de 2 nouvelles créations : Tempo et Fleur de Peau. Fifty&Me Magazine vous met au parfum…

 

Publié le

Reading Time: 3 minutes

« Avoir vu passé l’Histoire sous ses fenêtres,

Avoir couru le monde, chacun de ses continents,

rencontré et aimé tant de gens, anonymes et célèbres,

de toutes les couleurs, de toutes les cultures.

Avoir regardé de tous ses yeux, regardé. 

Avoir collectionné les idées, multiplié les surprises.

(ne pas) avoir pris une ride… »

1968-2018 : Diptyque nous met au parfum

Diptyque 50 ans nouveauté 2

A Paris, au début des années soixante : on roule en Dauphine ou en DS19, 9 Français sur 10 n’ont pas le téléphone ni 1 sur 2 de télévision; le train met 7h pour atteindre Marseille; la jeunesse rebelle est divisée en deux : d’un côté les rêveurs qui vont jusqu’à Goa en stop, de l’autre les énervés qui seront bientôt en colère. Toutefois dans le même temps, trois heureux artistes tiennent commerce d’angle au 34 du Boulevard Saint Germain, dans le 5ème.

Ils s’appellent Desmond (Knox-Leet), Christiane (Gautrot) et Yves (Coueslant), ils sont peintre, architecte d’intérieur, décorateur de théâtre et fomentent leur petite révolution à une époque prodigieusement libertaire et inventive. Celle-là même où Neil Armstrong et Buzz Aldrin faisaient un pas de deux sur la Lune, où la comédie musicale « Hair » était jouée à Broadway pour 1742 représentations, où The Beatles sortaient leur titre emblématique « Revolution », où Carlos Saura s’accrochait au rideau de la scène pour empêcher la projection de son propre film lors du 21ème Festival de Cannes « en solidarité avec les étudiants et ouvriers contestataires », où les athlètes noirs américains levaient un poing ganté sur le podium des Jeux Olympiques de Mexico,…

Que sentait-on bon (ou pas) en 1968, lorsqu’on avait 20 ans ? Des compositions pour demoiselles sages ou garçons aux cheveux courts, L’Air du Temps de Nina Ricci, Brut de Fabergé, des effluences rares (gaz lacrymogène), des relents tabacés (Gauloises bleu), le savon Lux, le baume du tigre,… L’huile de patchouli ou le musc provocant pour les aventuriers…

NOUVEAUX : Tempo et Fleur de Peau

Tempo et Fleur de Peau sont les deux derniers nés d’une collection en construction permanente. Ils ne sont pas seulement nouveaux et complètement modernes, ils sont aussi référence et révérence à l’Eau, ce grand aîné dont l’année de naissance est 1968.

Tempo, effluve musical au patchouli

Tempo, écrit pour Diptyque par le parfumeur et compagnon de longue date Olivier Pescheux, reprend le thème du patchouli en l’affinant au plus précis, au plus beau. Avec pas moins de trois différentes extractions, toutes issues du réseau d’approvisionnement durable mis en place par Givaudan dans l’île de Sulawesi, en Indonésie. C’est une vibration persistant comme l’écho répété d’un effluve musical. Quelque chose de la terre humide dans une forêt primitive, parmi les fougères arborescentes, les tecks immenses, le demi-jour mystérieux où vivent encore de très anciennes espèces endémiques. Ici, on l’appelle Nilam.

Diptyque 50 ans nouveauté 2

Montées puissantes, boisées, absolument racées (qu’une absolue de maté vient souligner) presque camphrées, au bord du vert (feuilles de violettes en renfort). Jusqu’à l’infime impression d’un cacao sauvage. Des baies roses, de la bergamote et un jasmin frais pour le peps et la couleur. Un accord ambré pour le sex-appeal. Composé de sauge sclarée et d’ambrofix que certains vénèrent pour sa douceur animale. Et des muscs pour ourler la finition.

Fleur de peau, un musc-have

Les années 60, c’est aussi une immense vague d’empathie et d’engouement pour les spiritualités et pratiques hindouistes. Méditation transcendantale, yoga, végétarisme, on s’assied en cercle vertueux, on répète le mantra « Ôôômmm » le plus longtemps possible, on s’aime les uns les autres. C’est le Summer of Love. Le Musc le plus apprécié sent (presque) le corps des êtres aimés. Mais, comment de nos jours, composer un parfum musqué sans se galvauder ? En choisissant d’y associer une ligne d’irisn mate et un peu froide, longue sur la durée, profonde sur l’allure, comme le faisait jadis les parfumeurs-gantiers qui de ce mélange imbibaient leurs peausseries. Incipit de bergamote et mandarines italiennes, une poignée de baies roses entre pétale et poivre. Des aldéhydes. Tout s’éveille.

Diptyque 50 ans nouveauté 3

Minutieusement sélectionnés par Olivier Pescheux, les muscs se distribuent la belle part, tour à tour cuirés, poudrés, fruités, ici un peu sauvages, ou là duveteux comme la nuque d’un bébé aux cheveux de soie. Fleur de Peau est l’expression vivante d’un parfum Peace and Love.

La marque Diptyque est disponible chez  www.senteursdailleurs.com