devenir grand-parent

Devenir grand-parent : comment faire ?

La cinquantaine est souvent le moment où l’on devient grand-parent, avec toutes les questions que cela suscite tant en soi que pour le ou les petits-enfants : comment vais-je assumer ce rôle ? Et quel rôle d’abord ? Comment être utile en tant que grand-parent auprès de ces petits qui commencent leur vie dans un monde en ébullition ? Tisser des liens, trouver sa juste place, établir un climat serein, devenir oasis… Exploration avec des mamys confirmées !

Reading Time: 5 minutes

La nouvelle vous a frappé en plein cœur ! Entre émerveillement de voir son enfant devenir parent et se sentir en une fois vieillir, que d’émotions contradictoires ! Devenir grand-parent n’est vraiment pas anodin. Les interrogations de tous ordres pour soi-même d’abord mais surtout pour ces petits qui ont décidé de s’incarner dans une époque agitée, un monde troublé où ils devront trouver des oasis de sérénité.

Comme il y a une multitude de façons d‘être parents, il y en a tout autant chez les grands-parents. Nombreux sont ceux qui sont encore en train de jongler entre boulot, jeunes encore à la maison, parents vieillissants et maintenant, petits-enfants ! Au secours ? Ou… Bienvenue ?!!

Se rendre disponible, c’est se lâcher soi !

Et si, justement, ces petits débarquaient sur cette terre pour inviter leurs Papy/Mamy à lever le pied ? À reconsidérer l’essentiel ? À retrouver du temps pour se rendre disponible à leur jeune vie et partager un regard neuf et ouvert sur le monde ?
Retrouver le plaisir du jeu, des comptines, des histoires magiques, de « l’art du blottissement » comme l’écrit joliment Gabriel Ringlet, d’attendrissements, de cœur à cœur spontanés, de rires sources, de sérénité à partager….
S’émerveiller de les voir s’éveiller et de suivre leur regard pour découvrir comme pour la première fois, la feuille qui tourbillonne ou ce papillon qui vole au-dessus du berceau.

Et puis, un peu plus tard, quand sur leurs petites guibolles encore vacillantes, ils courent dans vos bras dès qu’ils vous voient, c’est l’amour avec un grand A qui se révèle encore une fois !

Le grand A aussi de l’Attention

Une attention au petit, mais aussi à soi, à ses enfants devenus parents. Chacun à sa place avec ses propres limites. « J’ai décidé, nous dit Carole, d’être pour mes enfants, un soutien dans leur tâche de parents non stop occupés au turbin familial et professionnel. Cela me demande de la disponibilité, certes, mais tout en gardant la bonne distance. Surtout ne pas envahir mon fils et ma belle-fille. J’adore mes petits-enfants, mais loin de moi l’envie de les « éduquer » ou d’être omniprésente. Juste un support de joie partagée et de découvertes. De fatigue parfois aussi… 😉

Priorité au couple !

Françoise Dolto insistait sur la place de l’enfant, non pas au centre mais à la périphérie du couple. Aujourd’hui, la place de l’enfant est centrale et les parents sont souvent épuisés, surtout les deux premières années où leur petit demande une attention sans faille. D’où l’importance de se réserver des moments à deux. « Quand on me demande de m’occuper des enfants le temps d’un week-end pour s’évader et nourrir le couple, explique Viviane, je fais tout pour me libérer ! Tellement essentiel de se retrouver à deux hors boulot/marmots ! Une escapade pour reprendre souffle et réchauffer l’amour… »

« Grands-parents pour le climat »… serein en famille !

On connaît ce groupement engagé écologiquement qui milite pour une terre plus accueillante et pour diminuer notre impact sur la planète. Aujourd’hui, au sein des familles, la division s’invite notamment depuis la crise sanitaire… No comment !
Rien de tel qu’un balade dans la nature pour réconcilier tout le monde.
Contempler, humer, écouter, sentir… on passe sur un autre plan !

Grands-parents et petits-enfants sont faits pour s’entendre !

Les tout-petits ne sont pas encore encombrés par leurs conditionnements et les grands-parents sont en chemin pour s’en libérer et donc devenir plus authentiques. Un « sage », il y a 2000 ans, avait vu juste « Laissez venir à moi les petits enfants », disait-il. Ces petits qui « voient » au-delà des apparences, habités par cette pureté et cette innocence qu’on leur envie.
Être grand-parent, c’est tendre vers cette transmission de qui l’on est, de son être profond, de ses valeurs…. Plus authentique, plus simple, plus vrai. L’égo raboté ? Plus rien à prouver. Reste plus qu’à chanter !
Géraldine, grand-mère accomplie déjà avec 5 petits-enfants, s’émerveille de l’accueil en chansons que sa petite-fille reçoit quand elle l’a conduit au jardin d’enfants. Cela lui a donné l’envie de s’inscrire à un atelier pour apprendre des comptines et jeux de doigts… Complicité assurée !
Une idée ? Le Centre Benenzon organise tous les mercredis après-midis des ateliers d’éveil musical (grands)-parents et tout-petits Info : https://centrebenenzon.be/

Et si on poussait la porte d’une Maison (OU)Verte ?

En 1979, Françoise Dolto ouvrait la première maison Verte à Paris, dans un esprit totalement ouvert à l’enfant : « Un lieu convivial et accueillant où le lien social, si nécessaire aux êtres humains, est reconnu comme essentiel à la santé psychique des enfants comme des parents ». Depuis, ces espaces de rencontre pour les tout-petits ont essaimé. L’idée est d’accueillir l’enfant accompagné par sa personne-ressource pour lui permettre de jouer et d’apprivoiser de nouveaux visages en toute sécurité. Un lieu où enfants et adultes sont écoutés dans leur propre histoire et questions. D’autres lieux de rencontre enfants-(grands)-parents proposent aussi des activités de psychomotricité ou créatives.
Info : www.lesmaisonsvertes.be/www.one.be

Main dans la main

« Prendre un enfant par la main » chantait Yves Duteil. Une petite menotte dans la main ridée de son aîné.e et voilà toute la confiance qui s’exprime dans ce simple geste. Transmission sensible entre générations.
Et puis, si on se laisse aller à bercer dans ses bras un bébé alors qu’on a mille choses à faire, « c’est absolument magique, s’émerveille Michèle ! Le temps s’arrête. Moment suspendu où l’agitation cesse. Toute l’attention, toute la douceur s’exprime dans ce simple geste des mains, de la voix aussi. On se surprend à fredonner un « dodo l’enfant do ». Tendre présence dans ce corps à cœur. Chuuuut… Deux êtres se rencontrent… »
L’amour. C’est tout !

Transmission de Mamy

« Mamy, que faire avec la souffrance ?
– Utilise tes mains, mon enfant ! Si tu utilises ton mental, la souffrance s’accentue.
Nos mains sont les antennes de notre âme.
Quand tu les utilises en cousant, en cuisinant, en peignant, en touchant le sol ou en les plongeant dans la terre, tes mains envoient des signaux d’amour au plus profond de toi et ton âme se calme. Et elle n’a plus besoin de la souffrance pour que tu prennes soin d’elle.
– Les mains sont-elles vraiment si importantes ?
– Oui, pense aux bébés, ils découvrent le monde en le touchant. Quand tu regardes les mains des personnes âgées, elles t’en racontent davantage sur leurs vies que n’importe quelle autre partie de leur corps.
Il est dit que tout ce qui est « fait main » est fait par le cœur, parce que c’est vrai, les mains et le cœur sont connectés. Les masseuses le savent. Quand elles touchent le corps de quelqu’un avec leurs mains, elles créent avec cette personne une connexion profonde. Pense aux amoureux, quand ils se prennent la main, ils subliment leur amour.
– Mamy, dis-moi comment…
– Crée de tes mains, mon petit ! Et tout à l’intérieur de toi se transformera ! La douleur ne disparaîtra pas, mais elle se métamorphosera en la plus merveilleuse des œuvres d’art. Elle ne te fera plus souffrir. Parce que tu auras réussi à embellir ton essence. »

(d’après Elena Barnabé)

Les petits nous enseignent…

– la spontanéité
– le non jugement
– l’expression des émotions « à fond » comme le souligne le philosophe Alexandre Jollien. Nous, les adultes, avons appris à les retenir, ce qui fait qu’on pleure un peu, on rit un peu, on se fâche un peu… et au fond du cœur stagnent des torrents de colère et de larmes. Réapprenons le « don des larmes »…
– l’amour inconditionnel
– l’émerveillement
– le sens du partage…

Et les papys/mamys?

– la confiance
– la beauté
– le don de soi
– l’écoute attentive
– les valeurs
– la sérénité
– les histoires de famille
– les racines…


© Fiftyandme 2022