diminuer l'anxiété

Diminuer l’anxiété par la kinésiologie et la méditation

Avec les soucis professionnels, ceux liés au couple ou aux (petits-) enfants, la vie d’une femme de 50 ans est loin d’être dépourvue de moments d’anxiété. Mais d’où vient l’anxiété et comment l’aborder autrement ?

Reading Time: 2 minutes

L’anxiété, cette peur sans objet

Faites-vous partie de ces quelque 15% de personnes sujettes à l’anxiété et son cortège de maux (tension extrême, ruminations et fatigue) ? Selon les études, elle toucherait davantage les femmes, soit deux fois plus que les hommes. Et plus particulièrement la classe des 40 à 50 ans. Une personne anxieuse amplifie ses incertitudes, envisage en permanence tout ce qui peut mal tourner. A côté des thérapies habituelles et connues, il existe d’autres voies à explorer, alternatives. Comme la méditation ou la kinésiologie. Qu’en est-il ?

La méditation pour diminuer l’anxiété

La méditation, on en parle souvent mais connaissez-vous celle dite de pleine conscience ? Celle qui vous apporte comme bienfait principal celui de permettre de rompre le cercle vicieux de la rumination d’idées négatives. Pour cultiver un autre rapport face à vos pensées. Un outil qui doit vous apprendre à appliquer le lâcher-prise, et accepter le fait que vous ne pouvez décidément pas tout contrôler. En diminuant votre assertivité aux idées noires, vous réduisez par la même occasion leur influence sur votre mental.

Une méditation qu’il est conseillé de pratiquer régulièrement. Trente minutes suffisent par séance quotidienne. Comme une pause bienvenue, destinée à renouer avec son moi intérieur et prendre de la distance.

Applicable partout (en nature, chez vous, en pause au boulot…) et n’importe quand, la méditation se pratique en solo ou en groupe, selon les envies. Sur Youtube de nombreux tutoriels vous aident à acquérir les techniques de base.

Et si vous tentiez la kinésiologie ?

Moins connue, la kinésiologie, à ne pas confondre avec la kinésithérapie, est pourtant utilisée de plus en plus fréquemment pour calmer les personnes en état de stress ou trop anxieuses. Elle n’est pas une thérapie, mais constitue un ensemble de techniques destinées à retrouver un état d’équilibre mental ou physique par l’utilisation de tests musculaires. Le kinésiologue va travailler sur la relation entre les muscles, les émotions et les méridiens.

Pour déterminer le méridien qui doit être ciblé pour atteindre votre objectif : diminuer l’anxiété et le stress qui l’accompagne.
Lors de la séance, un dialogue s’effectue en permanence entre le kinésiologue et la personne venue consulter. Pour retrouver au final un état d’équilibre mental. Un kinésiologue qui ne traite pas et ne prescrit pas de médicaments. Son action doit se voir comme un complément apporté aux thérapies plus traditionnelles. Trois séances sont recommandées, à concurrence d’une toutes les 4 semaines.

Si l’expérience vous tente, le site internet de la Fédération belge de kinésiologie propose une liste de kinésiologues.