nyctophobie

Souffrez-vous de nyctophobie ?

Si, généralement, chacun dort bien mieux avec une obscurité totale, certains d’entre nous éprouvent une peur panique à l’idée de perdre leurs repères dans le noir. Un trouble connu des spécialistes sous le nom de nyctophobie. Explications.

Reading Time: 2 minutes

Non, il n’y a pas que les enfants ou Claude François (Je n’y peux rien, j’ai peur de la nuit in Mais quand le matin) à avoir peur de la nuit. La peur de l’obscurité (ou nyctophobie) accompagne encore bien des adultes. Y compris à la cinquantaine. Un trouble qui peut, et c’est heureux, se réduire par la mise en place de certaines thérapies.

Nyctophobie, de quoi s’agit-il ?

La nyctophobie, du grec, « nyctos » (la nuit) et « phobos » (la peur), se définit comme la peur irrationnelle de la nuit et de l’obscurité qui l’accompagne. Une peur du noir et de ce qui pourrait s’y cacher comme dangers potentiels (une agression, l’apparition de fantômes…). Cette phobie concerne généralement les enfants, mais également certains adultes mais sans pouvoir définir un pourcentage de personnes touchées. Par la peur d’avouer cette phobie. Quant aux causes, aucune ne domine par rapport aux autres, laissant une part de mystère sur cette phobie du noir, qui peut découler d’un événement récent ou être présente dès la petite enfance.

« Le noir, ma hantise »

Comment mieux incarner ce trouble que par le témoignage d’une personne en souffrance ? Une phobie qui peut faire sourire mais pourtant bien réelle dans ses effets. Comme peut en témoigner Claudine, 57 ans, présente sur un forum spécialisé : « Cette phobie a débuté à l’enfance, quand mes frères s’amusaient à m’enfermer à la cave. Un jeu, certes, mais qui a fait naître chez moi une terreur du noir. Et qui, hélas, perdure encore aujourd’hui. La nuit, je dois dormir avec une veilleuse ou ouvrir un peu mes tentures. J’ai une frousse bleue de devoir faire face à une panne de courant, à la maison ou au boulot. Au cinéma, je m’installe toujours près des petites lumières sur les marches. En vacances, je ne peux pas accompagner mes enfants dans un grotte, chose impossible pour moi. »

Quels sont les symptômes de la nyctophobie ?

Ce trouble peut s’exprimer par plusieurs facteurs à l’intensité variable selon les individus.

  • Une élévation du rythme cardiaque
  • Une angoisse et une crise de panique paralysantes
  • Des nausées
  • Des tremblements importants
  • Des troubles du sommeil
  • L’évitement de toutes situations ou activités nocturnes
  • Stress élevé au moment du coucher

Comment traiter cette phobie ?

Bonne nouvelle, la nyctophobie peut être traitée par des thérapies qui aident, sinon à guérir, du moins à réduire son intensité et ses conséquences. Sur l’anxiété et le sommeil notamment. Comme une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) entamée avec un spécialiste et destinée à agir sur les causes de cette nyctophobie.
Autre possibilité, la thérapie dite d’exposition. Durant laquelle la personne est soumise à des périodes d’obscurité de plus en plus longues. De façon à réduire petit à petit l’anxiété liée à l’obscurité.
Côté médicaments, ils ne peuvent qu’aider à réduire l’anxiété ou aider à dormir. Avec notamment des anxiolytiques prescrits pour une durée limitée. Une solution qui n’agit que sur ses effets.


© Fiftyandme 2022