Beaufort : l’art contemporain s’invite à la Côte

Reading Time: 5 minutes

Les brise-lames de Nieuport accueillent d’anciennes statues équestres qui ne sont plus exposées dans l’espace public. Nina Beier fait de l’upcycling avec ses Men. La performance d’Edith Dekyndt est proposée plusieurs fois par semaine aux visiteurs de Nieuport, installée dans le Monument du Front Ouest et s’en veut un hommage. Bien plus subtile qu’elle n’y paraît, l’œuvre de Simon Dybbroe Moller consiste en une barre de gouvernail en bronze plantée dans le sable à Middelkerke. Le titre offre la clé de lecture à ceux qui savent… The Navigator Monument est une référence au logo du premier navigateur internet, Netscape Navigator. Ce dernier a été coulé dans le bronze et exposé au vent, au sable et aux embruns, sa patine va vite virer au vert. A Ostende, l’œuvre de Stief Desmet se laisse pénétrer. Son intérieur lisse contraste avec l’extérieur brut du bulot. Monument for a Wullok est un monument pour la mer, une ode à sa puissance. Sorry, l’œuvre de Guillaume Bijl va nous permettre de rebondir sur le volet « monument » de la réflexion de la commissaire… Traditionnellement, ce sont des personnalités qui ont apporté quelque chose à la société qui sont érigées en monument public pour que l’on se souvienne… Ici Guillaume Bijl invite un chien à occuper la place principale et pose une situation surréaliste tout en interrogeant la permanence des monuments. Comment sont-ils perçus au fil des époques qui se succèdent. Comment résonnent-ils ?

beaufort

A Heidi Ballet d’expliquer. « Traditionnellement, les monuments sont érigés pour des personnes ayant apporté une contribution importante à la société. Ils symbolisent souvent aussi des événements tragiques, comme des catastrophes et des guerres, ayant fait de nombreuses victimes. Ils nous rappellent que tous les processus sociaux, comme le pouvoir et la domination, ne sont pas toujours sous notre contrôle. Malgré le besoin d’ordre et de paix de l’être humain, l’histoire est soumise à un rythme de flux et de reflux. Dans un certain sens, on peut dire que les monuments sont des tentatives, devenues physiques, d’immortaliser des idées. Et que la signification et la puissance de celles-ci sont déterminées par l’esprit de l’époque. Certains monuments coloniaux, par exemple, glorifient des actes héroïques, mais leur message est aujourd’hui dépassé. Des discussions récentes concernant les statues rappelant le passé colonial de la Belgique découlent de cette situation inconfortable. Faut-il les démonter parce qu’elles ne correspondent plus à la mentalité actuelle, ou les laisser en place en les accompagnant d’un texte explicatif ? Les mêmes débats ont animé les pays qui ont abjuré le communisme et où les anciens dirigeants ont été descendus de leur piédestal. La valeur intrinsèque d’un monument ou des actes héroïques, qui imposent ou non le respect, ne devient visible qu’au bout d’un long moment. Elle est entrelacée de rapports sociaux changeants et de connaissances qui ne cessent de se développer ». Et de terminer en posant plusieurs questions : « Avons-nous besoin de nouveaux monuments ? Et si oui, de quelle façon peuvent-ils refléter correctement les conceptions de cette époque ? Est-ce possible ? »


© Fiftyandme 2022