James Tissot, un artiste dandy inclassable

James Tissot, cet « être complexe » selon les mots d’Edmond de Goncourt, reste un artiste méconnu malgré le grand succès de son vivant de ses portraits et de ses scènes de genre, et les nombreuses reproductions dont ses œuvres ont fait l’objet jusqu’à nos jours.

Publié le

Reading Time: 2 minutes

Le Musée d’Orsay met James Tissot à l’honneur

Artiste dandy et inclassable, il a partagé sa vie entre la France et l’Angleterre, naviguant entre les courants d’avant-garde et une veine plus commerciale. De la modernité parisienne du Second Empire à celle de l’Angleterre victorienne qu’il rejoint après la Commune, Tissot livre la chronique d’un temps qu’il est fascinant de comprendre à l’aune du déroulé de sa vie, et a donné vie à des images aussi séduisantes qu’ambiguës.

 

Le saviez-vous ?

Médecin malgré lui

La Manche et la belle

James Tissot fuit la France pour l’Angleterre après les événements de 1870-1871. Son rôle durant la Commune, incertain mais suffisant pour avoir compromis sa réputation, le pousse à traverser la Manche et à relancer sa carrière à Londres, où il connaît vite le succès. En 1876, il rencontre Kathleen Newton, une ravissante jeune femme d’origine irlandaise, mère et divorcée, qui deviendra sa muse et sa compagne.

Pour vivre heureux, vivons cachés

Ils ne sont pas mariés. La jeune femme s’installe cependant chez lui, au 17 Grove End Road, dans le quartier artiste de Saint John’s Wood, dès 1877. Une situation choquante pour la société anglaise. Tissot ne peut plus recevoir chez lui sa clientèle aisée, soucieuse des mœurs, et sa vie sociale s’en trouve réduite. Qu’importe, celle qu’il aime et la vie domestique qu’ils partagent seront les principaux sujets de ses tableaux désormais.
L’imaginaire au pouvoir

Un seul être vous manque…

Hélas, la belle Kathleen est malade de la tuberculose. La figure radieuse dont s’est épris l’artiste décline peu à peu. Leur amour, lui, ne faiblit pas. James Tissot continue de peindre la jeune femme jusqu’à sa mort en 1882, à l’âge de 28 ans. Une semaine après, dévasté par cette disparition, Tissot revient définitivement en France.

Envie d’en savoir plus ? www.musee-orsay.fr

Vous aimerez aussi ? 6 musées virtuels à visiter