8 mars

Et si on fêtait le 8 mars tous les jours ?

Bien souvent, les femmes sont mises dans une case et il est parfois difficile d’en sortir ! En signant « Les femmes se rêv’elles…et ce n’est pas en attendant le prince charmant », Cécile Maïchak met ses compétences de psychopédagogue et de coach de vie dans un récit inspirant… pour que chacun.e puisse réaliser ses rêves. A l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, Fifty & Me Magazine a rencontré l’auteure d’un livre qui met le 8 mars à l’honneur dans notre quotidien !

Reading Time: 3 minutes

Un livre à partager avec les enfants !

Instructif et pratique, « Les femmes se rêv’elles… et ce n’est pas en attendant le prince charmant » regorge de conseils pédagogiques et de coaching pour nourrir la légitimité des femmes. Cet ouvrage répond à un besoin actuel de la société en fournissant de nouveaux modèles de références, notamment à travers les témoignages de 12 femmes inspirantes. Et, pour chaque portrait, un récit d’aventure imaginaire illustré à partager avec les enfants ! Une belle manière de transmettre des modèles féminins auxquels les filles pourront s’identifier ET une façon sympathique d’apprendre aux petits garçons que les filles peuvent aussi être des héroïnes…

Ce n’est pas un hasard si votre livre sort le 8 mars…

C.M. : Non, ce n’est pas un hasard. Mon livre a pour objectif d’augmenter la visibilité des femmes auprès du grand public et, dans ce sens, il m’a semblé important qu’il sorte à l’occasion de la Journée Internationale du Droit des Femmes. L’invisibilité des femmes joue un rôle majeur sur l’estime qu’elles ont d’elles-mêmes, et de là, sur les rôles qu’elles prennent (osent prendre) en termes d’entrepreneuriat, de pouvoir, de défense de leurs droits,…

Qu’avez-vous eu envie de transmettre à travers ces pages ?

J’ai eu envie de transmettre 1. Que les femmes ont une place à prendre dans tous les secteurs de la vie humaine et qu’elles le font très bien et 2. Que cette certitude s’acquiert dès le plus jeune âge, à travers les messages que nous passons à nos filles.

Pourquoi était-il important pour vous de toucher toutes les générations (et tout particulièrement les enfants)?

Les filles, parce que c’est à cet âge que les références se construisent. Parce que les filles ont très peu d’occasion de s’identifier à des femmes « hors pair » (qui ne sont pas dans le moule, le cadre qui leur est imposé: maman, ménagère, etc.). Parce qu’il est démontré que, dès 5  ans, les petites filles cessent de croire en leurs capacité et que c’est de notre responsabilité de combler ce vide. Les garçons, parce qu’il est temps qu’ils intègrent que les filles ont leur place partout, quel que soit le secteur d’activités. Et les adultes, parce que les femmes ont besoin de booster leur croyance en elles-mêmes. Et j’ai pensé que des témoignages comme ceux de mon livre pourraient les y aider. Et puis, aussi, les adultes, parce que ce sont eux·elles qui montrent l’exemple aux enfants ! D’ailleurs, dans ce sens, mon livre est écrit entièrement en inclusif.

Quelles sont les femmes qui vous ont inspirée ?

Toutes celles que j’ai rencontrées. Dans un sens ou l’autre, elles sont toutes inspirantes. Elles ont une passion extraordinaire pour ce qu’elles font, elles sont d’une générosité incroyable et elles ont toutes eu envie de transmettre. C’est un vrai bonheur de les avoir rencontrées!

Le fruit de la vente de votre livre sera reversé à l’ASBL Adelphity. Quelle est sa mission ?

La mission de l’asbl Adelphity est de renforcer la place entière et légitime des femmes dans l’Humanité, dans une perspective d’équilibre entre les femmes et les hommes, passant par la conscientisation, le respect de l’égalité des droits, l’évolution des mentalités, l’adaptation des processus et des supports éducatifs, l’intégration de nouveaux comportements et le partage des pouvoirs.  Le livre entre donc en pleine cohérence dans l’atteinte de cet objectif. Il y a d’autres projets qui naîtront des bénéfices du livre, notamment une BD adressée aux filles.
« Les femmes se rêv’elles…et ce n’est pas en attendant le prince charmant » de Cécile Maïchak.
Disponible à partir du 8 mars.