photo eau paysage

L’Irlande : une suave remontée dans le temps

Promenade bucolique dans l’Irlande éternelle des châteaux, des manoirs raffinés, des légendes et des paysages bruts, aux dégradés verdoyants. Un pays contrasté, cadencé de collines. Un voyage à travers le temps.

Reading Time: 5 minutes

Les trésors irlandais

Où que l’on soit dans ce pays du nord, même sans le voir, on en devine l’ample respiration, la présence majestueuse et écrasante : c’est l’Atlantique. Nous sommes dans le pays de la Wild Atlantic Way, une fabuleuse route de 2.500 kilomètres. Mais nous ne le verrons pas, cet océan, quand, de Dublin, nous prenons la route vers l’est, dans cette Irlande préservant un héritage multimillénaire donnant le vertige, nourri de récits de batailles homériques. Il y a à découvrir, sur cette route pittoresque, un mélange de forteresses en ruine ayant servi à l’époque féodale, dont il ne reste que des squelettes, et de châteaux plus récents, romantiques, ayant traversé les siècles, où l’on vous invite à déguster des whiskies et à fouler des parcs de végétation grasse emplis de fleurs merveilleuses selon les saisons.

Nous avons adoré cette Irlande venteuse et humide, grande inspiratrice d’aventures. Où la pluie et le soleil peuvent se chamailler toute la journée, sous un ciel tantôt noir tantôt taché de gros nuages blancs. Où l’on voit la nature à fond d’horizon, sous forme d’une suite bosselée de champs cultivés et de prairies sauvages où paissent vaches et moutons.

Avant de pénétrer le moindre château, on nous parla de la terrible et célèbre bataille de la Boyne qui s’est déroulée en 1690, dans la vallée du même nom, à moins de 15 km à l’ouest de Drogheda. Elle opposa l’armée de Guillaume III d’Orange, un protestant, à son prédécesseur, le roi catholique Jacques II d’Angleterre. Cette charge humaine dévastatrice eut de terribles répercussions sur l’histoire irlandaise. Finalement, ce sont les protestants qui l’ont emporté sur les catholiques. Dans cette vallée de la Boyne, tout un musée est dédié à cette bataille qui, bien que lointaine, est la source d’un conflit encore actuel en Irlande du Nord où les protestants, par provocation, commémorent cette bataille par des défilés. Un peu plus loin, toujours dans cette vallée de la Boyne, se dresse, tel un colosse de pierres défensives, le château de Trim, qui servit de décor pour les besoins du tournage de Braveheart, avec Mel Gibson. Le pénétrer, c’est frémir, c’est revoir les hommes harnachés, gainés de fer, sabre à la main. C’est remonter vers ce temps ténébreux de la loi du plus fort, des châteaux-forts attaqués, des combats fracassants des amures de fer s’éclatant les unes contre les autres.

L’Irlande dispose aussi d’un patrimoine moins obscur. Et plus empreint de sérénité, tel l’Irish National Stud and Gardens, à Tully. Situé à 45 kilomètres au sud de Dublin, ce haras national d’Irlande, où force et beauté ne font qu’un, témoigne de l’amour passionné que l’Irlande voue aux chevaux et aux courses hippiques. On y rappelle que l’équitation est le sport des rois. Les cracks y sont chouchoutés dans des boxes spacieux dont une plaque dorée, rivée à chaque porte, renseigne le nom et les faits d’armes de ces champions.

L’Irlande : Terre de saints et de savants

C’est aussi dans ce « stud » qu’on peut découvrir le plus beau des musées consacrés à l’équidé. On peut flâner toute une journée dans les jardins attenants, considérés comme étant l’un des joyaux du patrimoine de l’Irlande. Coup de cœur pour son célèbre jardin japonais, avec tous ses ponts. Au total, ce patrimoine végétal totalise deux hectares de forêts, de lacs et de parterres ouvragés, où la promenade peut s’étirer pendant des heures.

Où peut-on mieux faire du cheval que dans le parc d’un château ? La route du sud en égrène quelques-uns, tous plus élégants les uns que les autres. Au château de Russborough, une demeure seigneuriale du 18e siècle située dans le comté de Wicklow, on a cheminé sur un sentier empli de fleurs roses et mauves de rhododendrons. A l’intérieur de ce patrimoine classé trésor national, le visiteur découvre une enfilade de pièces de toute beauté, d’un raffinement de roi. A la fin, vous pourrez bien sûr y prendre le thé, avec des scones, de la crème fraîche ou de la confiture, dans un salon de thé très british.

Mais, en Irlande, avant les pierres, c’est toujours la nature qui a le dernier mot, puissante, tourmentée, alliée de l’Atlantique qui la balaie de ses embruns et de son souffle. Nous sommes alors partis vers le site monastique de Glendalough, dans la vallée dite des deux lacs, fondé par Saint-Kevin au 6e siècle, remontant au temps où l’Irlande était surnommée la terre des saints et des savants. C’est une région d’eaux vives festonnant de splendides rives. Le décor pétille de cette belle alliance. L’ancien monastère, avec sa tour ronde à bout pointu, emblématique de l’Irlande, est cerné de croix de pierre dont une foule de très anciennes, altérées par la rugosité du climat, penchées, culbutées, épuisées. Il y en a tellement, de ces croix parsemées plic-ploc, dont nombre de celtiques, qu’on ne peut que se voir rappeler que les jours sur terre sont inexorablement comptés.

Moins antique et plus romantique, Powerscourt Estate est ce grand domaine, dans le comté de Wicklow, dépliant 19 hectares de jardins de la haute société irlandaise des 18e et 19e siècles. On pourrait s’y oublier dans une absolue contemplation de parterres rafraîchis de fontaines et garnis d’antiquités allégoriques et monumentales. Juché sur une sorte de trône, devant ce tableau où l’homme a imposé son ordre à la nature et, au-delà, sur les montagnes de Wicklow, le château, élu parmi les 10 plus belles maisons au monde par le Lonely Planet, rayonne d’une bourgeoisie révolue inspirée par Versailles. Ce haut-lieu du tourisme abrite un musée dédié à l’enfance, plein d’anciens jouets, comme des maisons de poupées et des petites voitures Dinky, ainsi que des boutiques d’artisanat irlandais et un salon de thé ne désemplissant jamais. Nous avons tant aimé cette Irlande médiévale des vieilles pierres, ce voyage-odyssée à travers 5.000 ans d’histoire.

Boire du whisky au Château de Slane

On vient se marier dans ce superbe château irlandais, à Slane, un édifice du 18ᵉ siècle, construit pour les marquis de Conyngham, dans la vallée de la Boyne. Avec ses chambres et ses salons, le visiteur se retrouve brusquement plongé dans la vie opulente des lords. Le maître des lieux y organise aussi des dégustations de whiskies. Le plus dingue, c’est que ce vieux château a notamment été le lieu de travail du groupe irlandais U2. Ils s’y installèrent en 1984 pour travailler sur l’album « The Unforgettable Fire ». Plus fou encore, en 2001, ils remettront cela en y donnant un concert dont sortira le DVD « U2 Go Home: Live from Slane Castle ».

Les Red Hot Chili Peppers ont d’ailleurs fait de même, tout comme les Rolling Stones, Oasis, Celtic Woman ou encore Madonna. Le château est de nos jours toujours habité par les descendants de la famille. A moins d’y organiser votre réception de mariage ou un événement mondain, il est donc impossible de le visiter, mais vous pourrez toujours l’admirer de l’extérieur, avec sa porte gothique et ses jolies tourelles crénelées.

Carnet de route 

Où dormir ?

Un endroit fabuleux, à l’ambiance quasi monastique, empreint de glamour et d’invitation à faire la paix avec soi : Le Brooklodge Hotel est posé au milieu de nulle part et l’on s’y sent au bout du monde, comme en retraite, à l’exception toutefois que la table du restaurant, le Strawberry Tree, se révèle gourmande et gastronomique. Dans cet écrin peint en noir, le chef propose des menus de dégustation de produits « bio » issus de producteurs locaux et étrangers, élaborés dans les règles de l’art, organiques, forcément bons pour la santé.
Macreddin Village, T. +353 402 36444

Un cadeau-souvenir

Vous aimez ce qui brille et qui n’est pas de l’argent ? Une visite de la coutellerie de Newbridge, dans le comté de Kildare, s’impose. D’abord, sa grande boutique, pleine d’objets en métal argenté, éclate de mille feux. Son centre des visiteurs invite ensuite à parcourir les coulisses de cette manufacture qui a célébré plus de 80 ans d’existence, et une exposition dédiée à la mode. Bien sûr, on peut aussi y déguster des gâteaux et du thé.

Titanic

C’est une tragédie plus contemporaine qui fascine toujours : celle du Titanic, du nom de ce paquebot de rêve qui sombra dans l’Atlantique nord dans la nuit du 14 au 15 avril 1912. A Belfast, ville berceau du Titanic, où il sortit des chantiers navals Harland & Wolff, un musée emblématique décliné sur 6 niveaux plonge le visiteur dans l’histoire merveilleuse de cette aventure humaine, jusqu’à sa fin catastrophique. Une expérience impressionnante qui vaut le déplacement, à 90 minutes de Dublin. www.titanicbelfast.com – T. +44 28 9076 6386


Tourism Ireland
Avenue Louise 66 – 1050 Bruxelles
Tel : 02/643.21.21 – Fax : 02/642.98.51
www.ireland.com