Comment aider nos chiens et nos chats à affronter l’hiver ?

A l’abri du froid pour les plus frileux ou les plus fragiles, à l’extérieur en prenant quelques précautions pour les plus résistants… Voici quelques conseils pour aider vos compagnons à bien passer l’hiver et affronter le froid.

Reading Time: 3 minutes

Chiens et chats sont comme nous : inégaux face au froid. Certains vont affronter les rigueurs climatiques hivernales plus facilement que d’autres. Tout dépend, pour chaque animal, de son mode de vie tout au long de l’année, mais aussi de son état de santé général et de son âge.

Se protéger du froid

La résistance au froid dépend notamment de la race à laquelle appartient votre animal de compagnie. En effet, les races nordiques comme le Husky de Sibérie, le Malamute de l’Alaska ou le Montagne des Pyrénées sont bâties pour résister au froid et possèdent un poil et un sous-poil épais et abondants. A l’opposé, les Chihuahuas, Yorkshires et Bichons par exemple, ont un pelage moins abondant et leur petite taille les rend plus sensibles.

Un manteau pour les chiens « fragiles »

Les chiens les plus douillets ou encore plus âgés ou convalescents pourront être équipés d’un manteau. Il en existe de nombreux dans le commerce. L’essentiel, sans ridiculiser l’animal, est de choisir une taille bien adaptée pour éviter tout risque de frottements pouvant être source d’irritations cutanées et pour que le chien soit bien à l’aise.
L’âge du chien influence aussi sa résistance au froid, les animaux très jeunes et les « seniors » étant en général plus fragiles. Les animaux maigres craignent aussi plus le froid que les chiens ayant un embonpoint normal. De plus, les animaux obèses ont souvent plus de difficultés à bouger et sont donc parfois plus frileux.
Enfin, le mode de vie du chien exerce une grande influence sur sa capacité à affronter le froid : un chien citadin vivant toute l’année à l’intérieur va être plus sensible aux variations de température qu’un animal passant la majeure partie de son temps à l’extérieur.

Adapter l’alimentation des chiens et chats

Si votre chien vit principalement avec vous dans la maison et ne sort que pour ses balades quotidiennes, son alimentation peut rester constante toute l’année. L’alimentation va donc dépendre du type d’activité du chien : s’il est sportif ou s’il est amené à fournir des efforts particuliers (randonnées, grandes promenades avec son maître…), sa ration alimentaire sera réévaluée. Dans tous les cas, chez les chiens vivant à l’extérieur, il peut être recommandé d’augmenter la ration journalière de l’ordre de 10-15 à 20 % afin de répondre à des besoins énergétiques modifiés.

De même, une adaptation de la ration (avec principalement une augmentation du niveau des protéines) pourra être opérée chez le chat (jeune ou plus âgé) ayant accès à l’extérieur durant cette saison (demandez conseil à votre vétérinaire).
Si cela est envisagé, attention à ne pas changer l’alimentation brutalement, ce qui pourrait entraîner des troubles digestifs. Comme à n’importe quelle période de l’année, tout changement doit se faire de façon progressive en diminuant peu à peu l’ancien aliment et en augmentant progressivement la quantité du nouvel aliment que l’on incorpore à la ration.
Veillez enfin, chez les chiens de grande taille, à ne pas trop nourrir votre compagnon (ni trop le faire boire) peu avant qu’il ne soit amené à fournir des efforts importants (longue balade, randonnée, course…). Les chiens de grande taille sont en effet prédisposés à une pathologie appelée dilatation-torsion de l’estomac. Cette affection, véritable urgence vétérinaire, est favorisée par un stress ou l’administration d’une grande quantité d’aliments peu avant ou après d’importants efforts physiques.

La neige et ses effets indésirables

En principe, la neige ne représente pas un danger en soi pour les animaux, le chien et le chat en particulier. Néanmoins, il est possible que sa manipulation entraîne des conséquences fâcheuses.

  • Continuer le toilettage

Ce n’est pas parce qu’on est en hiver qu’il ne faut plus toiletter son chien. Au contraire… Si on laisse le pelage trop long, des nœuds vont se former et le poil va « mourir », ne protégeant plus le chien du froid ! Il faut donc continuer à toiletter régulièrement mais simplement faire une coupe plus longue et adaptée à la saison et aux activités du chien…

  • Prendre soin des coussinets

L’entretien des coussinets permettra de vérifier l’absence de corps étrangers, comme de petits cailloux et surtout les petites boules de neige. Les poils entre les doigts pourront aussi être coupés. Mais l’air sec et le froid abiment les coussinets. Il est donc important d’appliquer un soin protecteur et hydratant sur ceux-ci, et sur sa truffe si besoin est. Nous avons nos parties sensibles comme les lèvres et les mains, les chiens en ont aussi ! De même, si le chien marche dans la neige, les mêmes précautions s’imposent. La glace qui s’y « accroche » peut être éliminée en les rinçant à l’eau tiède, ce qui éliminera aussi le sel de déneigement, non seulement irritant mais également toxique par ingestion.
Et si le chien vit dans un endroit enneigé, une solution tannante disponible chez le vétérinaire pourra être appliquée. Elle évitera les gerçures et crevasses.

Enfin, si certains chiens aiment jouer dans la neige, mieux vaut faire en sorte d’éviter qu’ils en ingèrent. Cela peut très rapidement causer un choc sur la muqueuse digestive, entraînant ainsi de la diarrhée et des vomissements.

Le froid, le vent, la pluie et la neige arrivent en force, les journées se refroidissent et raccourcissent. Et malgré leur manteau de fourrure, vos compagnons poilus ne sont pas complètement à l’abri des dangers. Assurez-vous qu’ils passent l’hiver en toute sécurité et ayez les bons réflexes pour les protéger.