méditer

Méditer pour lutter contre le vieillissement

Alors que la pratique méditative remonte à des millénaires, de plus en plus de personnes y voient un moyen de lutter contre la frénésie de notre époque. En effet, la méditation réduit le stress, l’anxiété, la dépression, l’insomnie, le sentiment de solitude, l’exclusion sociale, et serait même associée à la diminution des risques cardiovasculaires chez les personnes âgées. Mais ce n’est pas tout ! La Silver Santé Study soutient que la méditation aurait également des effets bénéfiques sur le vieillissement en modifiant la structure du cerveau.

Pour la première fois à l’échelle mondiale, le nombre de seniors devrait dépasser celui des enfants en 2047. Il s’agit là d’un véritable défi pour les acteurs politiques et les professionnels de la santé qui doivent faire en sorte que nos populations vieillissantes disposent de meilleures perspectives de santé.

Un nouveau projet de 7 millions d’euros, financé par l’Union Européenne, a été mis en place dans ce but. La Silver Santé Study regroupe des scientifiques de plusieurs pays (France, Royaume-Uni, Belgique, Espagne, Suisse et Allemagne), dont le travail a pour but d’identifier les facteurs déterminants de la santé mentale et du bien-être des seniors.

« Nous vivons tous plus longtemps, mais vivons-nous bien ? », s’interroge le Dr Gaël Chételat, coordinatrice du projet mené à l’Inserm, au Centre Cyceron de Caen. « En matière de santé mentale, par exemple, il a été prouvé que la fréquence de problèmes tels que l’insomnie, la dépression et la démence augmente avec l’âge. (…)

Nous savons aujourd’hui que des facteurs environnementaux ont un rôle important dans le vieillissement du cerveau et la survenue de maladies neuro-dégénératives.

On pense également que certaines pratiques d’entraînement mental comme la méditation peuvent aider à améliorer la santé mentale lors du vieillissement en stimulant la neuroplasticité », ajoute la spécialiste.

Mathieu Ricard, moine bouddhiste et ambassadeur du projet Silver Santé Study, est intimement convaincu que la pratique de méditation et d’entraînement de l’esprit menée au cours de son existence est un facteur essentiel pour maintenir cet équilibre émotionnel, cette force d’âme, cette paix intérieure, à mesure qu’on prend de l’âge.

Selon lui, c’est même la clé de l’épanouissement.

Les bénéfices de la méditation ne sont pas réservés à ceux qui y consacrent de longues heures quotidiennement. Plusieurs études ont ainsi montré des effets sur le cerveau de « débutants », après quelques semaines de pratique.

Il n’y a pas non plus de limite d’âge pour s’y mettre, mais « comme le tennis ou le violon, la méditation nécessite un apprentissage, et une pratique régulière », prévient Gaël Chételat.

Méditation en pleine conscience, mode d’emploi

Cette forme de méditation permet de s’affranchir du flot de pensées qui traverse sans cesse notre esprit et d’être pleinement éveillé à l’instant présent. Il s’agit de prendre conscience de chaque instant, de son corps, des autres et de son environnement.

Finalement, tout ce que vous avez à faire, c’est STOP !

S’asseoir. Prenez un moment, installez-vous confortablement, si possible assis, un peu redressé mais sans crispation. Portez votre attention sur votre posture et les éventuelles tensions dans votre corps.

Tourner autour de la respiration. Faites attention à vos mouvements respiratoires, suivez le rythme, tel qu’il se présente, sans chercher à changer quoi que ce soit.

Observer. Qu’est-ce qui attire votre attention ? Que ressentez vous ? (Sensations corporelles, Pensées, Emotions, Sons…)

Poursuivre. Passez à autre chose, continuez ce que vous avez à faire (ou ce que vous voulez faire), prenez une décision, posez-vous des questions avec une nouvelle vision, une nouvelle approche de la situation. Laissez-vous « inspirer », laissez votre créativité s’exprimer… Et recommencez à méditer régulièrement.

A lire pour aller plus loin. « Science, méditation et pleine conscience », d’Olivier Raurich aux Editions Jouvence et « La Méditation pour les Nuls : Pleine conscience pour les seniors », par Brigitte Zellner Keller, Claude Maskens et Jackie Attala.