photo homme senior

Plus d’hommes concernés que ce que l’on croit par l’incontinence urinaire

On a tendance à croire que l’incontinence urinaire est une maladie uniquement féminine. Bien que peu connue, l’incontinence de l’homme existe pourtant bel et bien et se déclenche généralement après 50 ans.

Reading Time: 2 minutes

L’incontinence urinaire touche 1 Belge sur 20 à partir de 50 ans

On estime en Belgique qu’environ 5,2 % des hommes souffrent d’incontinence urinaire. Mais le nombre exact reste difficile à déterminer car de nombreuses personnes présentant des troubles urinaires ne consultent pas leur médecin. Beaucoup n’osent pas en parler, d’autres considèrent ces troubles comme propres à la vieillesse et ne voient pas d’autre option que de s’y habituer.

L’incontinence urinaire désigne la perte involontaire d’urine. Cela peut aller de quelques gouttes à des pertes plus importantes. Certaines personnes perdent quelques gouttes d’urine en situation d’effort, lorsqu’elles toussent ou éternuent. Certains ressentent le besoin d’uriner mais n’arrivent pas toujours à temps aux toilettes.

Il existe plusieurs formes d’incontinence chez l’homme

  • Il peut s’agir d’incontinence urinaire aux efforts, survenant après certaines interventions, notamment lors du cancer de la prostate ou de la vessie.
  • On peut également rencontrer des fuites liées à des envies impérieuses d’uriner dans le cadre d’un adénome prostatique symptomatique ou d’une maladie neurologique.
  • Les fuites urinaires nocturnes chez l’homme témoignent en général de fuites par regorgement correspondant à une vessie pleine en permanence (le plus souvent sans la présence d’un besoin d’uriner et sans douleur).

Effets secondaires et traitements

En l’absence de prise en charge, l’incontinence urinaire cause des éruptions cutanées, des infections urinaires voire une rétention urinaire. Elle peut également avoir des répercussions psychologiques : isolement, dépression. Si vous faites face à ce genre de problème, il est vivement conseillé d’aller consulter un urologue. Le traitement est prescrit en fonction de la cause et de l’importance de l’incontinence.

Il peut s’agir d’une rééducation des muscles du plancher pelvien et de la vessie Des changements dans les habitudes de vie sont également recommandés : limiter la consommation de caféine, d’alcool ou de boissons gazeuses, perdre du poids. Si ces mesures sont insuffisantes, ne laissez pas la douleur envahir votre vie. Des solutions chirurgicales (ballonnets, sphincter artificiel, étuis péniens…) peuvent être envisagées selon les cas.

Vous avez aimé cet article? Alors vous aimerez également «  Oter tout tabou sur l’incontinence urinaire «