hyponatrémie

Gare à l’hyponatrémie !

Il faut régulièrement boire de l’eau. Une nécessité, oui mais en quantité raisonnable. L’excès est déconseillé. Au risque de connaître de possibles soucis de santé loin d’être négligeables. Résumés par un terme abscons : hyponatrémie. Explications.

Reading Time: 2 minutes

En période de fortes chaleurs, notre premier réflexe est généralement de boire beaucoup d’eau. Pour appliquer ce que nous pensons être la bonne solution pour traverser une canicule. Mais faisons-nous attention à la quantité d’eau absorbée ? Non, et c’est un tort. Car elle mène souvent à ce que les médecins qualifient d’hyponatrémie.  Un trouble méconnu mais à ne pas prendre à la légère.

Qu’est-ce que l’hyponatrémie ?

Sans verser dans le jargon médical, une hyponatrémie peut se définir comme un excès d’eau par rapport à la présence de sel dans ce que l’on nomme le volume extracellulaire (VEC). En d’autres termes, il s’agit d’un problème qui se déclenche quand le taux de sodium se révèle trop faible dans le corps. Des cas d’hyponatrémie qui peuvent aussi être liés à certaines pathologies, d’origine rénale ou cardiaque.

Quelles sont les personnes à risques ?

Certaines catégories de la population sont plus sensibles au déclenchement de cas d’hyponatrémie. Il s’agit surtout des personnes plus âgées (8 à 10% des cas), de patients souffrant d’hypothyroïdie (4%), d’insuffisance rénale ou cardiaque, de cirrhose (30%) ou de maladies chroniques. Nombreuses sont les causes possibles dont la prise de certains médicaments, comme les antidépresseurs et les diurétiques, qui constitue aussi un facteur de risque.

De l’importance du sodium dans l’organisme

Le sodium (symbole chimique Na) constitue un sel minéral capital dans le bon déroulement de la digestion et de la régulation de la quantité d’eau présente dans notre corps. Où le trouve-t-on ? Tout simplement dans le sel de table mais également dans les aliments transformés que nous consommons. Si les conséquences d’un excès de sel sont connues  (tension artérielle, rétention d’eau etc.), un déficit dans l’organisme conduit à des dérèglements qui vont des crampes musculaires à la déshydratation sévère ou à de la fatigue prononcée. A titre informatif, les besoins de sodium au quotidien sont de 500 mg au minimum et 2400 mg au maximum (données de l’observatoire des aliments).

Des symptômes multiples

Une hyponatrémie sera souvent confirmée par une prise de sang. L’avis d’un médecin sera toujours primordial au vu de la gravité potentielle. Certains éléments observables peuvent cependant déjà vous alerter :

  • Un état léthargique
  • De la confusion dans le comportement, des délires voire des signes d’irritabilité.
  • Des nausées accompagnées (ou pas) de vomissements.
  • Des maux de tête
  • Des convulsions, des tremblements, des crampes.
  • Le coma dans la forme sévère constatée.

Quels traitements adopter ?

Pour l’hyponatrémie comme pour d’autres pathologies, le seul bon diagnostic sera posé par le médecin, en fonction de la sévérité des symptômes. Une réduction de l’apport en eau (ou restriction hydrique) sera fréquemment recommandée, avec une fourchette comprise entre 500 et 1000 ml par jour. Celle-ci pourra être proposée sous forme d’alternatives, comme des fruits ou des potages, des légumes bourrés d’eau. La prise de certains médicaments sera parfois prescrite pour évacuer l’eau présente en excès. Et les cas les plus graves seront généralement orientés vers le milieu hospitalier.


© Fiftyandme 2021