bellysculpting

Le Bellysculpting, pour un ventre plus tonique

La cinquantaine venue, qui ne souhaite pas remodeler un ventre qui a tendance à se relâcher, à ballonner ? Lancé lors du confinement de 2020, le Bellysculpting apporte une solution, douce et facile. Explications.

Reading Time: 2 minutes

Devenue star des réseaux sociaux depuis son lancement par Anaïs Jazmine, la pratique du Bellysculpting cible la partie du corps la plus regardée par les femmes soucieuses de leur silhouette : le ventre. Dont la platitude n’est parfois qu’un lointain souvenir. Sans apporter de miracle, le Bellysculpting permet toutefois de retrouver un ventre plus tonique. Tout en douceur.

Le Bellysculpting, mais de quoi s’agit-il ?

Le Bellysculpting, un anglicisme à ajouter au dictionnaire des nouvelles pratiques. Et que l’on pourrait traduire par la sculpture (ou remise en forme) du ventre. Une pratique développée par l’influenceuse wellness Anaïs Jazmine. Sa méthode, simple et efficace, fusionne les bienfaits du stomach vacuum, technique de respiration destinée à renforcer la ceinture abdominale, et de la célèbre méthode Pilates. Son avantage par rapport à d’autres techniques existantes réside dans son accès. Nul besoin d’être sportive, le Bellysculpting est accessible à toutes les femmes, peu importe l’âge ou les antécédents. Les risques sont quasi inexistants. Mis à part celui de perdre la régularité nécessaire à sa réussite.

Et en pratique ?

Dans son livre La méthode BellySculpting pour un ventre plus plat (éditions Leduc), Anaïs Jazmine conseille à ses lectrices de commencer toute séance par le Stomach Vacuum. Ce que l’on qualifie dans le jargon sportif de respiration hypopressive Concrètement, couchée sur le dos, les plantes des pieds bien à plat, vous inspirez une grande quantité d’air. Ensuite, vous expirez en rentrant le ventre, comme si le nombril était aspiré par le sol. Troisième étape, vous bloquez la respiration avec la remontée du ventre sous les côtes. Un exercice à répéter 5 à 10 fois. Cette séance de respiration se combine ensuite à une courte séance de pilates. Destinée à muscler les abdos. Une séance de Bellysculpting à pratiquer idéalement le matin, et à jeun. Pour visionnez les exercices, fastidieux à décrire, le profil Instagram d’Anaïs Jazmine se révèle peu avare en vidéos et conseils pratiques. Des formations personnalisées sont également proposées.

Quels bienfaits apportés ?

Premier point à souligner, et pour mettre les choses au clair, le Bellysculpting, contrairement à ce que le nom peut laisser croire, ne vise pas à sculpter le ventre pour obtenir des barres de chocolat. Son objectif reste davantage dans la tonicité retrouvée par la ceinture abdominale au moyen d’exercices qui font travailler les muscles profonds. Avec le temps et la pratique, le ventre va s’aplanir et redonner à la sportive une meilleure image de cette zone du corps souvent génératrice de complexes. Une pratique qui permet également de soulager les problèmes de transit et de ballonnements, avec une décompression des intestins.
Autre avantage, pour les quinquagénaires au planning chargé, il peut se pratiquer partout, sans devoir se rendre dans une salle. Une discipline facile à apprendre, peu chronophage et qui ne réclame pas de matériel. Que demander de plus ?

www.belly-sculpting.com


© Fiftyandme 2022